14/06/2012

Keynes et les keynésiens

John Maynard KEYNES (1883-1946) est à l’origine d’un profond renouvellement de la pensée économique : on parle de révolution keynésienne.

Elève de Marshall, Keynes a mené plusieurs carrières : haut fonctionnaire, universitaire, financier et écrivain.

Personnalité ouverte à d’autres horizons : culture, philosophie, science …

Analyse marquée par la crise des années 30.

Q : pourquoi Keynes a proposé la bonne théorie au bon moment ?

 

 

I] Les fondements de l’économie keynésienne

Keynes va s’intéresser à des problèmes économiques de son temps.

 

  • La première guerre mondiale

Keynes se fait remarquer par son analyse des conséquences économiques de la première guerre mondiale : en 1919 il critique les conditions du règlement du conflit qui imposent de fortes réparations financières aux allemands. Le traité de Versailles va ruiner l’Allemagne et nuire à l’équilibre économique européen.

 

  • La monnaie

Ses recherches portent tout d’abord sur la question de la monnaie : jusqu’ici la théorie économique a toujours considéré la monnaie comme neutre (ce n’est que l’intermédiaire des échanges), Keynes estime que cela décrit mal les phénomènes monétaires.

Dans la Réforme monétaire (1923) il remet en question la vision classique de la monnaie : l’inflation n’est pas uniquement liée à la quantité de monnaie en circulation dans l’économie, elle dépend également du cycle économique. Les agents demandent plus de monnaie en période de croissance, ce qui accroît les prix à court terme alors qu’en période de récession, ils veulent posséder moins d’encaisses ce qui favorise la déflation.

Dans A treatise on money (1930) Keynes cherche à comprendre et à expliquer les fluctuations cycliques en passant par une théorie du mouvement des prix.

Pour Keynes, les mouvements cycliques dépendent des fluctuations des profits. Il faut donc analyser les écarts entre les prix et les coûts.

Keynes distingue entre deux types de biens :

- les biens de consommation

- les biens d’investissement

Il prend en compte le revenu (rémunération des facteurs de production), les profits (différence entre coût de production et recettes), l’épargne (part du revenu non consommée) et l’investissement (accroissement du capital pendant une période).

Selon Keynes, c’est le taux de profit qui explique que les entreprises investissent ou non : s’il dépasse le taux d’intérêt. Mais il remarque qu’une approche dynamique du profit suggère une sur-réaction des entreprises : l’augmentation du profit pousse les entreprises à investir beaucoup ; sa baisse les pousse à réduire fortement leurs dépenses. C’est une ébauche du mécanisme multiplicateur.

 

  • Philosophie économique

Dans ses Essais de persuasion (1931) il développe sa philosophie sociale : son approche de l’économie a pour but essentiel d’améliorer le système capitaliste (ni conservatisme, ni travaillisme) ; il prône le développement de la connaissance économique ; il critique certaines politiques (l’obsession financière de la City notamment) …

Ses œuvres forment les fondements d’une pensée qu’il va systématiser en 1936.

 

 

II] La Théorie générale de l’emploi de l’intérêt et de la monnaie

Livre fondateur d’une manière totalement différente de concevoir l’économie.

 

  • Une nouvelle approche

C’est dans ce livre qu’il opère réellement la révolution keynésienne en modifiant de fond en comble l’approche économique :

- au lieu de focaliser sur l’équilibre de long terme, il analyse l’économie dans le court terme

- au lieu de raisonner simplement sur les agents, il propose une réflexion d’ensemble sur l’économie (la macroéconomie)

- au lieu de considérer l’information comme parfaite, il pense que les agents sont dans l’incertitude

 

  • De nouveaux concepts

L’apport de Keynes vise plusieurs notions essentielles :

- la demande effective est le point de départ de l’analyse : elle fonde les anticipations

- les prix et les salaires ne s’ajustent pas rapidement : ils sont rigides

- l’épargne est un résidu de la consommation : elle n’est pas forcément investie

- la propension marginale à consommer diminue avec le revenu

- le chômage est involontaire : il découle d’une insuffisance de la demande effective

- un équilibre de sous emploi est possible

- la monnaie influence l’économie réelle : les agents possèdent de l’argent pour spéculer

- l’Etat peut intervenir pour relancer l’investissement

- l’investissement a un effet multiplicateur sur l’économie

Ouvrage novateur dans sa volonté d’intégrer l’ensemble des questions économiques.

 

 

III] Les prolongements de l’économie keynésienne

Après la publication de son œuvre clé, la pensée keynésienne a pris plusieurs directions.

 

  • Keynes après la Théorie générale

Il s’efforce de défendre ses idées dans des controverses : il s’oppose par exemple à Hayek, qui considère que l’action de l’Etat sur l’économie modifie l’équilibre monétaire et engendre des cycles.

Keynes conseille le gouvernement britannique pour mener la guerre : lutte contre l’inflation tout en visant la justice sociale.

Keynes critique la politique monétaire de l’étalon or : le fait de fixer la valeur de la monnaie en fonction du stock d’or détenu par un pays. Il s’oppose aux accords de Breton Woods, qui consacreront le rôle du dollar et de l’or dans le système monétaire international.

 

  • La synthèse

Certains auteurs cherchent à réconcilier l’approche keynésienne avec la théorie classique.

Hicks (1937) montre que l’on peut analyser l’équilibre économique en combinant les marchés des biens et services et de la monnaie : c’est le schéma IS LM (Investissement Epargne Liquidité Offre de monnaie). Le circuit keynésien est intégré à l’approche basée sur le marché.

Patinkin (1956) considère que l’approche keynésienne n’est qu’un cas particulier de l’économie de marché : si on considère les marchés des biens et services, de la monnaie et du travail simultanément, l’équilibre du marché ne peut être obtenu qu’en réduisant les rigidités.

Phillips (1958) montre que l’approche keynésienne reliée à l’approche classique induit une relation entre inflation et chômage : le niveau des prix dépend du marché du travail, plus le chômage augmente plus la progression des salaires diminue. La politique économique consiste à arbitrer entre chômage et inflation.

Samuelson prolongera l’analyse du multiplicateur et Solow introduira la théorie de la croissance : la révolution keynésienne sert à faire progresser l’économie classique.

 

  • Les post keynésiens

Rejettent la synthèse, souhaitent prolonger l’approche keynésienne sur ses propres fondements. Mais grands penseurs sans réelle unité.

Shackle (1949) prolonge Keynes dans son analyse de l’incertitude : le niveau de l’emploi dépend des anticipations de long terme des investisseurs. Or ces anticipations sont essentiellement subjectives.

Minsky (1975) insiste sur l’instabilité financière et son rôle dans le déclenchement des crises.

Robinson met en valeur le rôle de la concurrence monopolistique dans la répartition des revenus : une entreprise qui peut différencier ses produits est en situation de concurrence imparfaite, le raisonnement néoclassique ne peut s’appliquer.

Kalecki (1954) part de la concurrence monopolistique pour en décrire les effets macroéconomiques : la concentration et les monopoles vont modifier la formation des prix. Ils sont fixés en fonction de la demande et d’un taux de marge, avec un effet multiplicateur de l’investissement, ce qui peut créer une dynamique de chômage.

Pour Kaldor (1961) le comportement d’épargne des capitalistes fluctue : les profits dépendent de décisions d’investissement (passées) alors que les salariés dépensent leurs revenus (présents). Ce décalage peut nuire à la croissance car les capitalistes épargnent plus leurs revenus que les salariés, ce qui entraînera une réduction de l’emploi.

Robinson prolonge cette analyse en montrant que l’incertitude sur le taux d’accumulation et le taux de profit peut conduire à un décalage : si le taux d’accumulation désiré ne correspond pas au taux d’accumulation réalisé. Dans ce cas le taux de profit atteint est inférieur aux anticipations et conduit les entreprises à réduire l’emploi.

 

 

Conclusion :

Intérêt du keynésianisme : le goût de la controverse, le refus des explications simplistes.

Mais peu de rapport entre Keynes et keynésiens.

De plus « révolution » assez faible à côté des analyses de Marx ou Schumpeter.

 

 

Références :

HICKS, John : Mr Keynes and the classics, Econometrica, 1937

KALDOR, Nicholas : Accumulation du capital et croissance économique, in ABRAHAM-FROIS, Gilbert dir., Problématiques de la croissance, Economica, 1961

KALECKI, Michal : Théorie de la dynamique économique, Gauthiers Villars, 1954

KEYNES, John Maynard : Les conséquences économiques de la paix, Gallimard, 1919

KEYNES, John Maynard : La réforme monétaire, Editions du sagittaire, 1923

KEYNES, John Maynard : A treatise on money, MacMillan, 1930

KEYNES, John Maynard : Essais de persuasion, Gallimard, 1931

KEYNES, John Maynard : Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Payot, 1936

KEYNES, John Maynard : Comment payer la guerre, L’Harmattan, 1940

KEYNES, John Maynard : La pauvreté dans l’abondance, Gallimard, 2002

PANTINKIN, Don : La monnaie, l’intérêt et les prix, Puf , 1956

PHILLIPS, Alban : The relation between unemployment and the rate of change of money wage rates in the United Kingdom, Economica , 1958

MINSKY, Hyman : John Maynard Keynes, Mc Graw Hill, 1975

SHACKLE, George : Expectations in economics, Cambridge University Press, 1949

ROBINSON, Joan : L’économie de la concurrence imparfaite, Dunod, 1933

ROBINSON, Joan : Essays in the theory of economic growth, MacMillan, 1962

SAMUELSON, Paul : Les fondements de l’analyse économique, Dunod, 1947

SOLOW, Robert : Théorie de la croissance économique, Armand Colin, 1970

10:26 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie, Histoire |  Facebook | | |

L'entre-deux-guerres

Période marquée par trois grands bouleversements économiques : les guerres, la révolution bolchevique et la grande crise.

Q : comment est-on sorti de ce demi siècle apocalyptique ?

 

 

I] La Grande Guerre

De 1914 à 1918 le vieux continent voit s’affronter les grands empires.

 

  • Economie de la grande guerre

Sur le plan économique plusieurs faits marquants, Crouzet (2000) :

- le rôle de l’Etat s’est affirmé pour piloter l’économie de guerre : approvisionnement, fabrication, pilotage de l’industrie de guerre, organisation de la main d’œuvre …

- le ravitaillement alimentaire a été instauré pour faire face aux pénuries agricoles : taxation, réquisitions, rationnement …

- la main d’œuvre s’est féminisée, les salaires ont augmenté

- l’inflation : dans une période de pénurie et de rationnement les prix sont élevés

- le financement de la guerre : accroissement de la dépense publique, endettement public, création de monnaie, crédits internationaux (fournis essentiellement par les USA)

- la concentration des entreprises s’est renforcée : sidérurgie ou construction moteurs …

Le bilan du conflit est double : l’Europe est en déclin (sur les plans démographique, financier, économique et social) alors que l’Amérique et le Japon s’affirment comme puissances.

 

  • L’après guerre

L’après guerre est marqué par de forts mouvements sociaux : du fait de l’inflation et du chômage.

Les Etats Unis et la Grande Bretagne pratiquent des politiques déflationnistes pour lutter contre les instabilités monétaires et financières dues au conflit : cela débouche sur une sévère crise économique en 1920-1921, Keynes (1925)

L’Allemagne sort du conflit avec une obligation de verser des réparations élevées à ses adversaires, Keynes (1920). Pour faire face, elle crée massivement de la monnaie : cela débouche sur une situation d’hyperinflation de 1921 à 1923, Feldman (1997).

La France est extrêmement endettée, le Franc est dévalorisé : une politique de rigueur est mise en place pour stabiliser l’économie (Poincaré) avec une dévaluation.

A partir de 1922 l’économie mondiale suit trois tendances, Bairoch (1997) :

- forte croissance tirée par l’automobile et l’aéronautique, la radiodiffusion (années folles)

- retour au libéralisme mais avec une nouvelle vague de concentration

- essor des échanges internationaux mais avec protectionnisme

Broadberry & Harrison (2005) étudient la performance économique de l’Europe et montrent que sur la période 1918-1929 les pays connaissent la croissance ; alors que si on considère la période 1913-1929 la perte de richesse n’est pas compensée.

 

 

 

II] L’économie socialiste

En 1917 l’Empire russe est renversé par la révolution bolchevique. D’abord menée par des sociaux démocrates (février) ce sont les marxistes léninistes qui s’imposent (octobre).

 

  • Une révolution politique et économique

Le nouveau régime est dirigé par Lénine qui prône des changements économiques radicaux :

- la collectivisation

Dans l’agriculture, la grande propriété foncière est abolie, les réquisitions sont mises en place pour ravitailler les villes. Création de fermes d’Etat (sovkhozes).

Dans l’industrie, le contrôle ouvrier sur les entreprises est instauré. La nationalisation de l’économie est mise en place dans tous les secteurs.

- la planification

Les décisions économiques doivent être coordonnées et centralisées.

Un organe planificateur est chargé de fixer les objectifs, répartir les matières premières, écouler les produits et de donner les directives.

 

  • La réforme de la NEP

Les échecs économiques de cette transformation radicale poussent Lénine à tempérer sa démarche : il mettra en œuvre une nouvelle économie politique (NEP) pour réinstaurer une dose d’économie de marché tout en conservant la doctrine socialiste. 1921-1927

La NEP est un capitalisme d’état caractérisé par le rétablissement d’un étalon monétaire, par le recul de la collectivisation agricole (et une certaine liberté d’utilisation des surplus), la réorganisation des entreprises sur une base hiérarchique … Johnson & Temin (1993).

Mais même si la NEP assure un certain redressement économique : la Russie reste peu développée notamment sur le plan industriel, et les tensions avec le monde paysan sont fortes.

 

  • La rupture stalinienne

L’arrivée au pouvoir de Staline en 1928 marque une rupture très nette :

- socialisme dans un seul pays et industrialisation à marche forcée (autarcie)

- planification totale et impérative

- collectivisation des campagnes

- développement de l’industrie lourde

 

 

III] La crise de 1929

Apres la croissance des années 20 (années folles) la plus grande crise économique du monde capitaliste va se mettre en place.

Plusieurs causes profondes : distorsion entre production et consommation, fort développement du crédit et spéculation boursière, Hautcoeur (2009)

 

  • La crise américaine

L’événement fondateur de la crise est le krach boursier du jeudi 24 octobre 1929.

La Grande Bretagne cherche à rétablir le rôle dominant de la Livre : les taux d’intérêts anglais sont très élevés. Aux Etats Unis, il est beaucoup plus facile d’emprunter et d’investir : Wall Street draine des capitaux en provenance du monde entier qui favorisent la spéculation.

La Réserve fédérale américaine décide de freiner ce mouvement en pratiquant une politique déflationniste : elle augmente son taux d’escompte pour freiner le crédit. Pour Friedman & Schwartz (1963) c’est l’élément essentiel. Il s’explique par la jeunesse de l’institution.

Face à ce rationnement, les investisseurs paniquent et cherchent des liquidités en vendant leurs placements. Les valeurs des actions s’effondrent. Tous les agents essayent de récupérer leurs capitaux. Galbraith (1954) insiste sur les enchaînements néfastes.

D’autant que la croissance économique montre des signes de ralentissement qui incitent à réduire les placements boursiers.

La chute des cours entraîne la ruine des actionnaires. Le remboursement des crédits n’est plus possible : une crise bancaire vient s’ajouter. Les déposants s’efforcent de récupérer leur argent, ce qui aggrave la situation bancaire. Dans le même temps, les banques ne peuvent plus prêter aux autres agents : fermiers, commerçants … Bernanke (1983)

 

  • La crise mondiale

La dépression américaine va se propager au niveau international car l’économie américaine est le moteur de l’économie mondiale : les banques américaines rapatrient les capitaux investis en Europe. Thèse de Kindleberger (1973) : absence de leadership économique.

L’Allemagne ne peut plus rembourser ses dettes de guerre. La France et la Grande Bretagne décident de ne plus rembourser les USA.

La crise devient monétaire : l’or est la valeur refuge pour assurer la liquidité, toutes les monnaies sont dévaluées à tour de rôle.

Enfin la crise touche l’économie réelle : les prix agricoles et industriels chutent entraînant une forte contraction de l’activité. Le chômage augmente fortement.

Pour faire face à cette crise, les pays prennent des mesures protectionnistes : quotas, droits de douane élevés … Les pays capitalistes se replient sur leurs empires pour subsister. Les échanges mondiaux se contractent fortement.

Sur le plan politique les tensions sociales se manifestent par des changements de régime : New Deal démocrate aux USA, Front Populaire en France, fascistes en Italie, nazis en Allemagne …

Sont des reformulations du capitalisme. Ex : Bettelheim (1945) pour l’Allemagne nazie ou Cohen (1988) pour l’Italie fasciste

 

Conclusion :

La seconde guerre mondiale consacre les USA comme la première puissance économique mondiale : l’économie de guerre est pilotée par l’Etat fédéral. L’Allemagne se comporte en puissance impériale en Europe, Tooze (2006). La Grande Bretagne résiste au prix de lourds sacrifices.

 

Références :

BAIROCH, Paul : Victoires et déboires Histoire économique et sociale du monde du XVIe siècle à nos jours, Gallimard, 1997

BERNANKE, Ben : Effets non monétaires de la crise financière dans la propagation de la Grande Dépression, in BACACHE-BEAUVALLET, Maya & MONTOUSSE Marc dir., Textes fondateurs en sciences économiques, Bréal, 1983

BETTELHEIM, Charles : L’économie allemande sous le nazisme, Maspero, 1945

BROADBERRY, Stephen & HARRISON, Mark dir. : The economics of World War I, Cambridge University Press, 2005

COHEN, Jon : Was Italian fascism a developmental dictatorship? Some evidence to the contrary, Economic History Review, 1988

CROUZET, François : Histoire de l’économie européenne, Albin Michel, 2000

FELDMAN, Gerald : The great disorder: politics, economics, and society in the German inflation, 1914-1924, Oxford University Press, 1997

FRIEDMAN, Milton & SCHWARTZ, Anna Jacobson : A monetary history of the United States, Princeton University Press, 1963

GALBRAITH, John Kenneth : La crise économique de 1929, Payot, 1954

HAUTCOEUR, Pierre-Cyrille : La crise de 1929, La Découverte, 2009

JOHNSON, Simon & TEMIN, Peter : The macroeconomics of NEP, Economic History Review, 1993

KEYNES, John Maynard : Les conséquences économiques de la paix, Gallimard, 1920

KEYNES, John Maynard : Les conséquences économiques de la politique de M. Churchill, in Essais de persuasion, Gallimard, 1925

KINDLEBERGER, Charles : La Grande Crise Mondiale, Economica, 1973

NOVE, Alec : An economic history of the USSR, Penguin, 1991

TOOZE, Adam :  The wages of destruction The making and breaking of the Nazi economy, Penguin, 2006

10:24 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie, Histoire |  Facebook | | |

07/06/2012

Les classiques de la sociologie : Durkheim & Weber

  • L’institutionnalisation de la sociologie

Deux grands auteurs ont contribué à fonder théoriquement et intellectuellement la sociologie.

Leurs analyses sont à la fois marquées par le contexte dans lequel elles ont émergé et traitent des questions essentielles de la sociologie contemporaine.

Volonté d’organiser la discipline : revues, enseignement, recherche …

 

  • L’opposition classique Durkheim-Weber

Auteurs étudiés ensemble du fait du parallélisme entre leurs méthodes : deux paradigmes sont proposés. Tendance du pédagogue à les opposer. Tendance de certains auteurs à les réconcilier Boudon (1998). Tendance forte à les négliger …

Q : peut-on se passer de Durkheim & Weber pour faire de la sociologie ?

 

 

I] Emile DURKHEIM (1858-1917)

Philosophe de formation. Il cherchera à établir la sociologie comme discipline universitaire.

Sur le plan méthodologique, Durkheim a exposé sa démarche dans Les règles de la méthode sociologique (1895) véritable livre-programme de la sociologie naissante.

 

  • La démarche sociologique explicative

La sociologie doit devenir une science : ce n’est pas de la psychologie (étude des phénomènes individuels) ni de la philosophie (principes généraux issus de la méthode déductive).

Durkheim s’inspire des sciences naturelles pour exposer sa méthode : dans cette optique il prolonge l’intuition de Comte. En Allemagne, Dilthey (1883) estime que les sciences de la nature sont distinctes des sciences de l’esprit. Opposition expliquer/comprendre.

Selon Durkheim, les faits sociaux sont à la fois : collectifs, extérieurs aux individus et contraignants. C’est une vision déterministe des faits sociaux.

Pourtant l’ensemble des actes sociaux ne sont pas prédéterminés : la sociologie ne cherchera à expliquer que ceux qui le sont.

Les individus évoluent dans des institutions : des modèles culturels et comportementaux. Les normes sont intériorisées : c’est la socialisation.

Durkheim fait de la sociologie la science des institutions. Le sociologue doit étudier « les croyances et les modes de conduite institués par la collectivité ».

L’analyse des faits sociaux part donc de l’étude de la société (pas des individus) : c’est l’holisme. Les faits sociaux s’expliquent par des faits sociaux. Les motivations individuelles ne sont pas suffisantes pour analyser la société.

Durkheim pense qu’il faut considérer les faits sociaux comme des choses, de manière objective. On part du principe qu’on en ignore les caractéristiques.

Les aspects quantitatifs sont essentiels aux yeux de Durkheim : l’utilisation de statistiques favorise l’établissement de cette connaissance objective. Cela permet de proposer des modèles et de tester des hypothèses.

 

Sur le plan intellectuel Durkheim abordera de nombreux sujets : l’économie, le suicide, la pédagogie, le droit ou la religion. Trois ouvrages sont des classiques :

  • De la division du travail social (1893)

Durkheim estime que la division du travail remplit une fonction d’intégration : elle produit de la solidarité entre individus.

Il distingue deux grandes formes de solidarité :

- la solidarité mécanique : contrôle social fort et division du travail faible

- la solidarité organique : différenciation des individus et division du travail forte

La division du travail découle de la complexité des sociétés modernes.

Si la division du travail ne produit pas de solidarité, les individus sont dans une situation d’anomie. C’est la conséquence de la place prépondérante occupée par les individus.

Pour Durkheim, la société doit établir des règles qui permettent de lutter contre l’anomie.

 

  • Le suicide (1897)

Ouvrage emblématique de la méthode durkheimienne : volonté de montrer que l’acte individuel par excellence obéit à une logique sociale.

Les données statistiques ne valident pas les explications basées sur le comportement individuel : il existe des régularités qui suggèrent que le suicide est un fait social.

Durkheim met en valeur plusieurs corrélations : le taux de suicide augmente avec l’âge, il est supérieur chez les hommes, à Paris plutôt qu’en Province, en début de semaine …

Il croise le taux de suicide avec des variables sociales telles que la religion, le statut familial…

Dès lors, il n’y a pas un mais des suicides. Il faut prendre en compte deux facteurs :

- l’intégration : les liens sociaux entre individus

- la régulation : les moyens de contrôle social

Cela permet de distinguer plusieurs types de suicide :

- le suicide altruiste : des individus très intégrés en échec

- le suicide égoïste : des individus en manque d’intégration

- le suicide anomique : des individus en manque de régulation

- le suicide fataliste : des individus trop régulés

Pour Durkheim, seules des valeurs morales fortes inculquées par les groupes sociaux peuvent réduire le passage à l’acte.

Thèse solide, dont la méthodologie reste valable et qui a été prolongée.

Mais objet de critiques : quelques explications peu robustes, et minoration de la composante individuelle du suicide.

 

  • Les formes élémentaires de la vie religieuse (1912)

Nouvelle tentative d’expliquer un phénomène comme un fait social.

Pourtant, Durkheim n’adopte pas la méthode qu’il a défendue : il étudie la religion de manière compréhensive (à la place du croyant).

Son analyse porte sur le totémisme : la plus simple des formes religieuses. Il constate une opposition entre sacré et profane. Le sacré est protégé par des interdits, le reste est profane.

La religion unit ceux qui adhèrent à cette croyance.

Les religions ont donc pour fonction d’élever les individus : la religion provient de la société elle même. Durkheim en déduit l’importance de la conscience collective : les sentiments particuliers s’unissent en un sentiment commun. Cela recoupe sa vision de la morale.

 

 

II] Max WEBER (1864-1920)

Juriste et économiste de formation.

 

  • La démarche sociologique individualiste et compréhensive

Sur le plan méthodologique, Weber a développé une approche compréhensive de la sociologie qu’on retrouve dans Essais sur la théorie de la science (1951). Il faut comprendre les faits sociaux pour les expliquer causalement.

Weber défend une sociologie basée sur l’individualisme méthodologique. Il faut étudier le comportement individuel pour analyser celui d’une société. Weber refuse la notion de prédéterminisme.

Ex : sa vision des classes sociales repose sur une situation objective

La méthode compréhensive consiste à faire émerger des idéaux types : la construction d’une réalité à partir de grands traits significatifs. Ce sont des formes pures qu’on ne rencontre pas en réalité (en principe).

Weber estime que les conduites s’imposent comme rationnelles. Ce processus de rationalisation entraîne un recul du religieux : c’est ce qu’il appelle le désenchantement du monde.

Il estime enfin, que le sociologue doit éviter les jugements de valeur : dans Le savant et le politique (1919) il montre que l’objectivité de la science rend nécessaire une réflexion constante sur le risque de subjectivité de l’analyse. Le savant se définit par un rapport aux valeurs. L’objet de sa recherche doit présenter un intérêt scientifique sans quoi, il ne traduira pas une connaissance objective.

 

Sur le plan intellectuel Weber a étudié de vastes questions : économie, religion, épistémologie … Il faut noter que peu d’œuvres ont été conçues comme des ouvrages à part entière : beaucoup de lettres, de cours, ou d’articles isolés forment la pensée weberienne.

Deux ouvrages sont des classiques :

  • L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1905)

Weber s’interroge sur l’apparition du capitalisme moderne et sur les valeurs qui l’accompagnent. La religion semble avoir joué un rôle particulier que Weber s’efforce d’analyser.

Pour Weber, l’éthique protestante est adaptée à l’esprit du capitalisme : cela le favorise ; ce n’est ni une condition suffisante ni nécessaire. Par extension, il montre que les valeurs catholiques sont un frein au développement du capitalisme.

Weber estime que la conception religieuse du salut est l’élément déterminant : les protestants estiment être prédestinés et doit accomplir des œuvres terrestres pour se découvrir. Or les valeurs protestantes (épargne, austérité, discipline …) correspondent aux valeurs du capitalisme.

 

  • Economie et société (1922)

Ouvrage posthume qui reprend la plupart des écrits de Weber sur les grands concepts sociologiques.

Weber distingue quatre types idéaux d’action :

- l’action rationnelle par rapport à un but

- l’action rationnelle par rapport à des valeurs

- l’action affective

- l’action traditionnelle

Il considère que les relations sociales dépendent du pouvoir et de la domination : le pouvoir est la capacité de faire triompher sa volonté ; l’autorité est la domination qui pousse à l’obéissance.

Il en déduit trois formes de domination, qui fondent la légitimité :

- la domination charismatique

- la domination traditionnelle

- la domination bureaucratique (idéal type : la bureaucratie)

 

Conclusion :

Opposition classique entre Durkheim & Weber sur la méthode … mais volonté commune d’établir la sociologie théorique et empirique qui permet de réconcilier les approches.

 

Références :

BOUDON, Raymond : Etudes sur les sociologues classiques, Puf, 1998

DILTHEY, Wilhelm : Critique de la raison historique Introduction aux sciences de l’esprit, Cerf, 1992

DURKHEIM, Emile : De la division du travail social, Puf, 1893

DURKHEIM, Emile : Les règles de la méthode sociologique, Puf, 1895

DURKHEIM, Emile : Le suicide, Puf,1897

DURKHEIM, Emile : Les formes élémentaires de la vie religieuse, Puf, 1912

WEBER, Max : Essais sur la théorie de la science, Pocket, 1992

WEBER, Max : Le savant et le politique, La Découverte, 2003

WEBER, Max : L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Gallimard, 2003

WEBER, Max : Economie et société, Pocket, 2003

15:31 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Histoire, Sociologie |  Facebook | | |