20/10/2011

La jeunesse en France

Quand trois économistes spécialistes du travail, Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo et André Zylberberg ; rencontrent un sociologue, Olivier Galland ; ils en profitent pour dresser un portrait assez pessimiste de la jeunesse française.

Reformulant l'idée de dualisme du marché du travail, ils montrent que les jeunes se décomposent en deux blocs : l'un bien inséré dans l'économie grâce aux formations et diplômes fournis par un système elitiste et un bloc qui cumule les handicaps.

Carcillo et Cahuc en parlent ici dans l'émission de radio Les Matins de France Culture.

 


Pierre Cahuc et Stéphane Carcillo - Les Matins par franceculture

18:38 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie, Sociologie |  Facebook | | |

19/10/2011

L'emploi et le chômage

Phénomène marquant dans les pays industrialisés. A relier au développement du salariat.

 

·         Définir et mesurer le chômage

Difficile à mesurer : plusieurs sources

Le chômage est défini par le BIT : cela concerne une personne sans travail, disponible pour travailler et à la recherche d’un travail.

Définition a minima qui doit permettre les comparaisons internationales.

C’est l’INSEE qui calcule le chômage au sens du BIT au cours de l’enquête Emploi.

Pour Pôle emploi les chômeurs sont les personnes inscrites dans ses fichiers (DEFM). Source administrative, qui dépend des critères retenus pour l’inscription.

Le taux de chômage est le rapport entre le nombre de chômeurs et la population active.

On distingue plusieurs types de chômage :

- chômage conjoncturel : lié à l’activité économique

- chômage structurel : lié aux déséquilibres économiques de fond

 

·         Les frontières du chômage

La notion même de chômage ne met pas en valeur de nombreuses situations intermédiaires :

- recherche d’emploi sans être disponible

- inactifs n’effectuant pas de recherches (pré-retraite, formation ou découragement)

- le travail clandestin …

Les frontières entre emploi, chômage et inactivité sont parfois ténues (ex : le temps de travail peut être réduit de manière volontaire ou non).

Les formes d’emploi sont de plus en plus variées en droit : les contrats dérogatoires au droit commun (CDI) se multiplient, le temps partiel, les stages …

L’effet du progrès technique : cela entraîne du chômage à court terme avant de favoriser la création de nouveaux emplois. C’est le processus de destruction créatrice.

L’effet du commerce international : on applique le même raisonnement.

Dans les deux cas : débats très virulents car le chômage est visible …

Q : quelles sont les grandes approches théoriques du chômage ?

 

 

I] Les caractéristiques du chômage et de la politique sociale

L’économie est en situation de sous emploi si certaines personnes travaillent moins que la durée normale du travail et souhaiteraient travailler davantage. Sinon c’est le plein emploi.

 

·         Les tendances longues

Plusieurs grandes phases concernant le chômage dans les pays industrialisés :

- 1950-1970 : chômage faible (8 à 10 M)

- 1970-1982 : forte augmentation du chômage (30 M)

- 1983-1990 : faible baisse (25 M)

- 1990-1998 : nouvelle augmentation (35 M)

- 1998-today : plus de tendance générale

Le chômage frappe de manière plus accentuée certaines catégories de la population active : les jeunes, les femmes, les moins diplômés, les étrangers …

Certaines zones géographiques et certains secteurs économiques sont plus touchés que d’autres ; de plus la durée de chômage peut varier sensiblement … Longue durée = 12 mois.

Le chômage doit s’apprécier sur deux échelles, Maurin (2002) :

- la vulnérabilité : risque de tomber au chômage

- l’employabilité : probabilité de sortir du chômage

Les Formes Particulières d’Emploi (CDD, intérim, apprentissage …) expriment les mutations productives de l’économie et la modification du tissu social.

 

        Les évolutions de la politique sociale

Depuis 1974, plusieurs grandes modifications structurelles encadrent la politique sociale :

- L’importance de la désinflation : l’arbitrage croissance / inflation des Trente glorieuses prend fin du fait de la stagflation. La crise rend nécessaire une désindexation des salaires et des prix pour mettre un terme à la spirale inflationniste. Il faut éviter de répercuter les hausses de coûts dans les prix.

- La modification du partage de la valeur ajoutée : la part des revenus des ménages diminue par rapport à celle des entreprises. Après une augmentation au début de la crise, les salaires sont contenus pour rétablir les marges des entreprises. L’épargne s’accroît.

Les revenus du patrimoine des ménages augmentent, en particulier les revenus financiers.

- La perte d’efficacité de la politique sociale : les revenus de transferts continuent d’augmenter alors que les revenus d’activité diminuent. De plus, les transferts sociaux ne favorisent pas la réduction des inégalités de revenu ou de salaires. Les inégalités tendent à s’accroître et à s’amplifier.

 

 

II] Les causes du chômage

Visent l’approche macroéconomique du chômage : prise en compte du marché du travail agrégé.

 

        L’opposition traditionnelle

On oppose classiquement la vision néoclassique et la vision keynésienne, Malinvaud (1977).

Pour les néoclassiques, le chômage découle du fonctionnement du marché du travail : c’est le temps d’adaptation aux modifications de l’offre et de la demande. Si les individus n’acceptent pas les conditions de marché (le salaire notamment) ils ne participent pas : le chômage est volontaire.

Si le marché ne fonctionne pas, c’est qu’il existe des rigidités sur le marché (rappel)

Les néoclassiques estiment qu’il existe un taux de chômage d’équilibre : pour Friedman (1968) le taux de chômage naturel est lié aux structures de l’économie et à la prospection nécessaire entre plusieurs emplois (chômage frictionnel). C’est le chômage d’une économie de marché en situation concurrentielle. Il n’a donc pas pour effet d’accélérer l’inflation.

Pour une critique des théories néo-classiques, voir Cordonnier (2000) : ne tiennent pas compte de la réalité sociale du travail.

Pour les keynésiens, le chômage est involontaire. Il découle de la rigidité des salaires à la baisse.

Cela peut déboucher sur une insuffisance de la demande effective qui n’incite pas les entreprises à investir, et qui augmente encore le chômage. La politique de l’emploi peut se résumer à un arbitrage entre inflation et chômage, Phillips (1958).

La rigidité des salaires à la baisse peut s’expliquer par la notion de salaire d’efficience ou le dualisme du marché du travail.

 

        Les nouvelles approches

Plusieurs théories ont cherché à dépasser l’opposition de base :

La théorie des contrats implicites montrent que les salariés acceptent une rémunération indépendante de la conjoncture : par aversion pour le chômage ils sont payés moins en période de forte croissance et plus en période de récession. Azariadis (1975) montre que les contrats implicites sont source d’un chômage volontaire.

La théorie du déséquilibre suggère qu’un rationnement sur le marché du travail se propage sur le marché des biens et réciproquement. Ceci permet d’expliquer à la fois les chômages classique (offre de biens insuffisante) et keynésien (demande insuffisante), Bénassy (1984).

Les trappes à inactivité : les revenus de remplacement perçus par des personnes sans emploi peuvent être proches de ce qu’ils gagneraient avec un emploi. Selon Laroque & Salanié (2000) il s’agit d’un non-emploi volontaire qui découle d’une désincitation. Ils l’estiment à 57 % des sans-emploi.

Ex : Anne & L’Horty (2002) il faudrait travailler 13 heures de plus par semaine au SMIC pour compenser l’ensemble des prestations reçues

Le modèle WS-PS : selon Layard, Nickell & Jackman (1991) la fixation du salaire réel découle de la négociation d’une part ; et de l’autre, la formation des prix découle des salaires.

Le rapport du prix au salaire est d’autant plus élevé que le chômage est faible : les salariés peuvent obtenir de meilleurs revenus. Ce modèle permet d’obtenir le chômage d’équilibre sur des fondements microéconomiques. Il explique notamment la persistance du chômage depuis la crise car le salaire dépend autant des prix, du niveau de chômage, de la productivité des salariés et du pouvoir de négociation sur le marché du travail.

 

 

III] Les politiques de l’emploi

L’Etat cherche à lutter contre le chômage. Parallèlement mise en place de l’indemnisation.

Les politiques de l’emploi peuvent être découpées en deux, L’Horty (2006) :

- Les politiques passives : indemniser ceux qui quittent le marché du travail

- Les politiques actives : soutenir la création d’emploi

 

        L’Etat peut agir sur la demande de travail

Pour améliorer l’employabilité des travailleurs l’Etat peut subventionner la création d’emploi (emplois aidés). Mais cela augmente les dépenses publiques et entraîne un effet d’éviction sur les emplois privés.

Les allégements de charge permettent d’abaisser le coût du travail. Ils sont généralement ciblés sur les bas salaires pour favoriser l’emploi peu qualifié, Malinvaud (1998). Mais cela joue également sur les dépenses publiques ; cela peut entraîner un effet d’aubaine ; il faut cibler réellement l’effort pour éviter l’effet de trappe.

La réduction du temps de travail consiste à réglementer la durée maximale du travail pour inciter les entreprises à embaucher plutôt qu’utiliser les heures supplémentaires. Mais la complexité du marché du travail (ex : qualifications) et les différences entre entreprises font qu’un partage du travail n’est que rarement atteint par une mesure générale.

La RTT peut favoriser les gains de productivité et la modération salariale, mais elle constitue la plupart du temps une rigidité. De plus les mesures sont financées par des réductions de charges qui augmentent également la dépense publique, Artus, Cahuc & Zylberberg (2007).

 

        L’Etat peut agir sur l’offre de travail

L’incitation financière au retour à l’emploi consiste à réduire le coût d’opportunité de la reprise d’emploi en prenant en compte la différence entre emploi salarié et indemnisé (ex : prime pour l’emploi). Mais comme pour les réductions de charges : il faut cibler pour être efficace …

L’augmentation de la productivité du travail, notamment par le biais du capital humain càd la qualification, les compétences … Artus & Cette (2004).

Mais cela nécessite de financer cet effort, ex : éducation, Aghion & Cohen (2004).

Les autres actions sur l’offre relèvent d’une logique malthusienne : retraites anticipées, limitation de l’immigration … But = diminuer la population active.

 

        L’Etat peut réformer le marché du travail (logique d’appariement)

La protection de l’emploi cherche à rendre les procédures de licenciement plus contraignantes.

Mais cela freine les recrutements d’où des propositions de modulation des cotisations sociales en fonction des créations ou des destructions d’emploi, Blanchard & Tirole (2003).

Les politiques contraignantes : accompagnement des chômeurs et sanction de ceux qui n’acceptent pas d’emploi. Limitation de la durée d’indemnisation … Il faut un système incitatif basé sur un accompagnement réel et des sanctions crédibles et adaptées, Cahuc & Zylberberg (2004).

 

Conclusion :

Rôle de l’éducation, de la formation …

Il faut élargir le raisonnement aux aspects non monétaires : vie de famille …

 

Références :

AGHION, Philippe & COHEN, Elie : Education et croissance, La Documentation Française, 2004

ANNE, Denis & L’HORTY, Yannick : Transferts sociaux locaux et retour à l’emploi, Economie et Statistiques, 2002

ARTUS, Patrick & CETTE, Gilbert : Productivité et croissance, La Documentation Française, 2004

ARTUS, Patrick ; CAHUC, Pierre & ZYLBERBERG, André : Temps de travail, revenu et emploi, La Documentation Française, 2007

AZARIADIS, Costas : Contrats implicites et équilibre de sous-emploi, in BACACHE-BEAUVALLET, Maya & MONTOUSSE, Marc dir. : Textes fondateurs en sciences économiques, Bréal, 1975

BENASSY, Jean-Pascal : Macroéconomie et théorie du déséquilibre, Dunod, 1984

BLANCHARD, Olivier & TIROLE, Jean : Protection de l’emploi et procédures de licenciement, La Documentation Française, 2003

CAHUC, Pierre & ZYLBERBERG, André : Le chômage, fatalité ou nécessité ?, Flammarion, 2004

CORDONNIER, Laurent : Pas de pitié pour les gueux, Raisons d’agir, 2000

FRIEDMAN, Milton : The role of monetary policy, American Economic Review, 1968

LAROQUE, Guy & SALANIE, Bernard : Une décomposition du non-emploi en France, Economie et Statistiques, 2000

LAYARD, Richard ; NICKELL, Stephen & JACKMAN, Richard : Unemployment, Oxford University Press, 1991

L’HORTY, Yannick : Les nouvelles politiques de l’emploi, La Découverte, 2006

MAURIN, Eric : L’égalité des possibles La nouvelle société française, Seuil, 2002

MALINVAUD, Edmond : Réexamen de la théorie du chômage, Calmann Levy, 1977

MALINVAUD, Edmond : Les cotisations sociales à la charge des employeurs, La Documentation Française, 1998

PHILLIPS, Alban William : The relation between unemployment and the rate of change of money wage rates in the United Kingdom, 1861-1957, Economica, 1958

11:30 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie |  Facebook | | |

Le marché du travail

Le marché du travail est le lieu de rencontre de l’offre et de la demande de travail.

Trait caractéristique de la participation au marché du travail au XXème siècle : l’augmentation du travail féminin et la stagnation du travail masculin (autour de 95 %) ; mais également modification de la structure de l’emploi (paysan, ouvrier, service) et augmentation de la formation et de la qualité de la main d’œuvre, Marchand & Thélot (1997) pour la France.

 

        L’offre de travail

C’est un arbitrage entre loisir et consommation : le travail doit permettre d’obtenir un revenu pour consommer. Mais si le salaire n’est pas suffisant compte tenu de leurs préférences, les individus ne participent pas au marché.

Une hausse de salaire entraîne un double effet qui explique sa forme « backward bending » :

- substitution : le loisir devient plus cher on lui substitue de la consommation

- revenu : le pouvoir d’achat augmente et la demande de loisir aussi

L’offre de travail générale (agrégée) augmente plus fortement avec le salaire que l’offre individuelle.

Mais l’ensemble du raisonnement est avec information parfaite … où l’offre est croissante en fonction du pouvoir d’achat (salaire divisé par les prix).

 

        La demande de travail

C’est la décision d’embauche de la part des entreprises : comparaison entre le coût d’un salarié et le revenu qu’il apporte (à la marge). La demande est décroissante en fonction du salaire réel.

La demande de l’entreprise dépend de plusieurs facteurs :

- coût du travail

- structure du marché

- technologie

- conditions de marché du bien

En général le facteur travail est un substitut des autres facteurs de production.

 

        Les coûts du travail

On en distingue deux : embauche et séparation. Ils visent le salaire, la formation et le licenciement.

Bertola (1990) a montré que les coûts de licenciement étaient un frein à l’embauche mais que les effets de leur réduction ne sont pas clairs : augmentation des embauches et des licenciements.

 

        Le débat traditionnel

En principe, l’équilibre sur le marché du travail découle de la confrontation entre offre et demande qui fait apparaître le prix du travail (le salaire).

Sur un plan théorique, l’opposition structurante a longtemps concerné les visions classique ou keynésienne : selon les néoclassiques le travail est un bien comme les autres dont le prix doit s’ajuster aux fluctuations du marché. Tout déséquilibre est réglé par un tâtonnement.

Pour Keynes (1936) il y a rigidité du salaire réel à la baisse, ce qui est source de chômage involontaire : cela découle des anticipations de la demande effective. Mais approche au niveau macroéconomique, qui fait l’impasse sur les aspects individuels.

Q : quelles sont les conditions d’équilibre du marché du travail ?

 

 

I] L’offre de travail : le comportement des salariés

Les rigidités sur le marché du travail s’expliquent par les institutions : syndicats et salaire minimum ou si l’information sur le marché du travail est imparfaite.

 

        Les institutions : salaire minimum et syndicats

Si le salaire minimum est fixé à un niveau trop élevé, il crée un rationnement.

Mais Card & Krueger (1995) montrent en étudiant la restauration rapide dans le New Jersey qu’un salaire minimum peut augmenter l’emploi. Le salaire minimum permet de lutter contre la pauvreté des actifs : c’est une incitation au travail.

Il faut donc prendre en compte son montant par rapport au salaire d’équilibre.

Si les syndicats négocient collectivement les salaires, Mc Donald & Solow (1981) montrent que cela induit un arbitrage entre salaire et emploi.

Ainsi Calmfors & Driffill (1988) isolent trois types de syndicats au sein des pays de l’OCDE afin d’étudier l’impact de leur organisation sur les négociations :

- décentralisés (USA)

- très centralisés (pays nordiques)

- par branche (France, Allemagne)

Font apparaître une relation en « u » inversée entre la centralisation, la négociation des salaires et la performance économique : les syndicats décentralisés ou très centralisés peuvent négocier des bas salaires.

Lindbeck & Snower (1988) expliquent une partie du chômage par le fait que les syndicats protègent les salariés qui ont un emploi (insiders) car ils obtiennent une rémunération supérieure à celle du marché. Les outsiders ne sont pas pris en compte, il y a segmentation du marché du travail.

 

        Les chocs

Blanchard & Summers (1986) montrent qu’un choc économique permet aux entreprises de se séparer des insiders (c’est l’effet d’hystérèse). Comme l’entreprise doit se restructurer pour faire face aux nouvelles conditions de marché, elle peut se passer des salariés les plus anciens et les plus protégés afin de recomposer sa force de travail.

Dès lors, un choc économique va empêcher les anciens salariés de proposer leurs services.

Pour Pissarides (1992) ceci explique le chômage de longue durée car les chocs font perdre leur qualification et leur productivité marginale aux agents.

 

        La recherche d’emploi

C’est la prise en compte de l’imperfection du marché du travail, on parle de « job search » pour exprimer le coût que subissent les agents qui cherchent un emploi.

Phelps (1970) estime que les agents arbitrent entre un travail aujourd’hui au salaire connu ou un travail plus tard à un meilleur salaire avec un coût d’attente : il existe donc un chômage d’attente en fonction du seuil que les agents se fixent pour obtenir un meilleur revenu.

Ceci explique l’effet des allocations chômage, alors qu’elles sont en principe une rigidité.

Atkinson & Micklewright (1991) montrent que les allocations n’ont pas d’effet sur la recherche (mais en considérant que les agents choisissent entre chômage ou travail à vie).

 

 

II] La demande de travail : le comportement des employeurs

Les producteurs qui souhaitent disposer de travailleurs peuvent avoir des pratiques qui ne permettent d’appliquer le modèle théorique du marché.

 

        Le salaire d’efficience

Cette théorie montre que les entreprises sont prêtes à proposer un salaire plus élevé que celui du marché pour inciter le salarié à accroître sa productivité.

Solow (1979) montre que les entreprises échangent du salaire contre de la productivité : le salaire maximise le profit quand les travailleurs sont incités à fournir des efforts.

Pour Salop (1979) cela explique le taux de rotation de la main d’œuvre. Le salaire élevé permet aux entreprises d’attirer les meilleurs et de se séparer des salariés peu productifs : le départ d’un salarié a un coût lié à ses capacités à occuper son poste.

D’autres approches mobilisent l’économie de l’information :

Akerlof (1982) estime que les salariés ont une conception de la justice sociale qui implique l’existence d’un juste salaire : si les entreprises ne proposent pas ce salaire équitable, les salariés ne feront pas d’effort. Mais le salaire équitable peut être supérieur à celui du marché.

Pour Shapiro & Stiglitz (1984) les entreprises ne peuvent observer la productivité du salarié (c’est l’aléa moral) pour inciter les travailleurs on augmente les salaires : le salarié qui ne fournit pas d’efforts perd un salaire supérieur à celui du marché. C’est le modèle du tire-au-flanc qui joue sur la peur du renvoi.

 

        Le dualisme

Basé sur une approche sociologique des relations de travail. Piore & Doeringer (1971) estiment que le marché du travail se divise en deux secteurs :

- le premier comporte des hauts salaires et une haute protection de l’emploi

- le second des bas salaires et une faible protection

Les entreprises cherchant à composer une main d’œuvre efficace, réduite et adaptée à leurs besoins.

Dans une approche économique, Saint Paul (1996) utilise le modèle de Shapiro-Stiglitz pour expliquer le dualisme : dans le premier secteur, les salariés sont rémunérés au salaire d’efficience ; dans le deuxième, comme les salariés ne sont pas surveillés, c’est le prix du marché.

Le dualisme s’explique donc par le coût de surveillance de la main d’œuvre. Pour faire face aux fluctuations de l’activité on utilise des travailleurs du second secteur.

 

 

III] Le chômage d’équilibre : la rencontre contrariée entre salariés et employeurs

C’est l’étude des flux du marché du travail : passage de l’emploi au chômage.

 

        Un renouveau empirique

La rotation de la main d’œuvre :

Sur le marché du travail ont lieu simultanément de nombreuses destructions et créations d’emploi.

Pour Davis & Haltiwanger (1996) la destruction est contracyclique(moindre en cas d’expansion) la création n’est que faiblement procyclique. C’est donc la distribution des emplois qui change.

Phénomène très marqué aux USA, moindre en Europe. Ainsi Duhautois (2002) montre que l’économie française crée et détruit de manière acyclique 10 000 emplois en moyenne chaque jour.

Les modèles d’appariement :

Mortensen & Pissarides (1994) étudient les appariements entre travailleur et employeur : c’est la probabilité de trouver un emploi quand on est chômeur en fonction de la formation, de la mobilité géographique … Cela permet d’étudier l’adéquation entre l’offre et la demande de travail car il existe simultanément un taux de chômage et un taux d’emploi vacant, et de faire apparaître les frictions.

 

        Un renouveau théorique

L’innovation :

Pour Aghion & Howitt (1992) si la croissance économique s’explique par un processus de destruction créatrice, cela peut impliquer des destructions d’emploi.

La complémentarité des institutions :

Pour Amable ; Demmou & Gatti (2004) il faut tenir compte des interactions entre la réglementation sur le marché des biens, le marché financier et le marché du travail : le système le plus efficace consiste à combiner concurrence et sécurité de l’emploi.

Pour Reynaud (2004) il faut tenir compte des règles économiques sur le marché du travail car elles influencent les relations salariales : la confiance, le calcul des primes et leur suivi ou les routines jouent un rôle clé sur l’équilibre.

 

Conclusion :

Débats portent toujours sur les mêmes questions : rigidités, coût du travail … Il faut combiner cette analyse avec les politiques de l’emploi.

 

 

Références :

AGHION, Philippe & HOWITT, Peter : A model of growth through creative destruction, Econometrica, 1992

AKERLOF, George : Labor Contracts as Partial Gift Exchange, Quarterly Journal of Economics, 1982

AMABLE, Bruno ; DEMMOU, Lilas & GATTI, Donatella : Institutions, chômage et inactivité dans les pays de l’OCDE, Revue Economique, 2007

ATKINSON, Anthony & MICKLEWRIGHT, John : Unemployment Compensation and Labor Market Transitions, Journal of Economic Literature, 1991

BERTOLA, Guiseppe : Job security, employment and wages, European Economic Review, 1990

BLANCHARD, Olivier & SUMMERS, Lawrence : Hysteresis and the European unemployment problem, NBER, 1986

CALMFORS, Lars & DRIFFILL, John : Bargaining structure, corporatism, and macroeconomic performance, Economic Policy, 1988

CARD, David & KRUEGER, Alan : Myth and Measurement: The New Economics of the Minimum Wage, Princeton University Press, 1995

DAVIS, Steven & HALTIWANGER, John : Job creation and destruction, MIT Press, 1996

DOERINGER, Peter & PIORE, Michael : Internal labor markets and manpower analysis, Heath and Company, 1971

DUHAUTOIS, Richard : Les réallocations d’emploi en France sont-elles en phase avec le cycle ?, Economie & Statistiques, 2002

KEYNES, John Maynard : Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Payot, 1936

LINDBECK, Assar & SNOWER, Dennis : The insider-outsider theory of employment and unemployment, MIT Press, 1988

McDONALD Ian & SOLOW, Robert : Wage Bargaining and Employment, American Economic Review, 1981

MARCHAND, Olivier & THELOT, Claude : Le travail en France (1800-2000), Nathan, 1997

PHELPS, Edmund dir. : Microeconomic Foundations of Employment and Inflation Theory, Norton, 1970

MORTENSEN, Dale & PISSARIDES, Christopher : Job Creation and Job Destruction in the Theory of Unemployment, Review of Economic Studies, 1994

PISSARIDES, Christopher : Job search and the duration of layoff unemployment, Quarterly Journal of Economics, 1992

REYNAUD, Bénédicte : Les règles économiques et leurs usages, Odile Jacob, 2004

SAINT-PAUL, Gilles : Dual labor markets, MIT Press, 1996

SALOP, Steven : Monopolistic Competition with Outside Goods, Bell Journal of Economics, 1979

SHAPIRO, Carl & STIGLITZ, Joseph : Equilibrium unemployment as a worker discipline device, American Economic Review, 1984

SOLOW, Robert : Another possible source of wage stickiness, Journal of Macroeconomics, 1979

11:28 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie |  Facebook | | |