15/12/2011

Le consensus en économie

L'économiste Etienne Wasmer avait tenté de répliquer une célèbre enquête américaine sur l'existence (ou non) d'un consensus en sciences économiques. A travers un questionnaire sur Internet et en lien avec l'AFSE (Association Française de Sciences Economiques) il en a tiré un article publié dans la Revue d'Economie Financière.

Il en parle ici au cours des journées de l'économie de Lyon :


Les consensus en économie. Entretien avec... par laviedesidees

Un dossier de synthèse est lisible sur le site de la vie des idées : http://www.laviedesidees.fr/Les-consensus-en-economie.html

Etienne Wasmer en parle directement sur son blog : http://ew-econ.typepad.fr/mon_weblog/2009/11/yatil-du-con...

Et enfin, comme le sujet a fait polémique le magazine Sciences Humaines évoque cette recherche : http://www.scienceshumaines.com/les-economistes-francais-...

18:01 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie |  Facebook | | |

10/12/2011

Actualités économiques avec Thomas Piketty

Sur la radio France Inter, l'actualité macroéconomique et la crise de la zone euro sont évoquées par l'économiste Thomas Piketty.


Thomas Piketty par franceinter

Le plus intéressant est sans doute la suite de l'émission où est invité l'économiste Philippe Askenazy qui défend une approche plus critique (incarnée par le mouvement des économistes attérés) de la théorie économique dominante qui semble avoir des difficultés à interpréter les déséquilibres actuels.

http://www.franceinter.fr/emission-le-79-thomas-piketty-e...

Au passage on peut lire un entretien d'Askenazy dans le magazine les Inrockuptibles où il évoque cette nécessaire refondation de la théorie économique (qui devrait faire l'objet d'un nouveau livre en 2012 qui sera publié aux éditions Les Liens qui Libèrent).

http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/69588/...

14:31 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Actualité, Economie |  Facebook | | |

29/11/2011

L'intégration régionale

Caractéristique originale du commerce mondial : l’intégration régionale est un mélange de libre-échange et de protectionnisme. Vue à travers l’exemple européen.

 

        L’effet frontière, McCallum (1995).

A taille et distance comparables, deux régions échangent moins dès lors qu'une frontière politique les sépare. Le niveau élevé des effets frontières au sein d'ensembles intégrés a plusieurs explications : le risque de change ; les préférences des consommateurs ainsi que l'existence de réseaux sociaux ou d'affaires particulièrement denses à l'intérieur des frontières. Cependant, les données sur longue période indiquent une tendance à la baisse de ces effets. Ex : selon Head & Mayer (2002) l’Europe ne s’est pas fermée au commerce extérieur.

 

        La théorie de l’intégration régionale, Balassa (1961).

Les pays qui souhaitent organiser leurs échanges peuvent opter pour plusieurs solutions :

- la zone de libre échange : suppression des frontières aux échanges de marchandises entre partenaires mais autonomie par rapport au reste du monde

- l’union douanière : adoption d’une politique commerciale commune et d’un tarif commun par rapport au reste du monde

- le marché commun : suppression des frontières à l’ensemble des échanges (marchandises, services, capital et travail)

- l’union économique : harmonisation des politiques économiques pour assurer le bon fonctionnement du marché

- l’union politique : politiques économiques communes avec parités fixes

Plusieurs traités de la construction européenne correspondent au modèle de Balassa :

- le Traité de Rome (1957) qui crée une Union douanière : la CEE.

- l’Acte Unique Européen (1986) qui crée un marché commun et une union économique

- le Traité de Maastricht (1992) qui établit une union économique et monétaire

 

        Analyse économique de l’union douanière, Viner (1950)

L’ouverture des frontières entre deux pays avec un tarif douanier extérieur commun produit deux effets antagonistes : il entraîne un détournement de trafic (les fournisseurs étrangers ne peuvent approvisionner le marché) et un effet de substitution (les fournisseurs de la zone sont en concurrence). L’efficacité de l’union dépend donc de sa taille.

Q : l’intégration régionale est-elle une remise en cause du commerce international ?

 

 

I] Le marché unique

Pour fonctionner efficacement l’Union européenne doit mener une politique de concurrence.

 

  • L’interdiction des ententes

Les entreprises doivent respecter le jeu du marché.

Les ententes d’entreprises sont prohibées, si elles affectent le commerce entre Etats membres ou si elles faussent le jeu de la concurrence à l’intérieur du marché intérieur.

Ex : fixation des prix, contrôle de la production, répartition des marchés …

Certaines dérogations sont autorisées par la Commission si les pratiques permettent d’améliorer la production ou la distribution des marchandises, ou si elles favorisent le progrès économique.

Ex : les accords de recherche et développement

 

  • Les abus de position dominante

Si une ou plusieurs entreprises exploitent leur position dominante sur le marché commun de manière abusive.

Ex : fixation de prix non équitables, pratiques discriminatoires …

Les positions dominantes ne sont donc pas interdites en tant que telles.

 

  • Le contrôle des concentrations

Contrairement aux deux principes précédents qui sont issus des traités et inhérents au marché commun, le contrôle des concentrations a été introduit tardivement par un règlement (1989).

La Commission contrôle les opérations a priori càd les fusions d’entreprises qui ont une dimension communautaire. Elle peut autoriser les projets qui lui sont notifiés, elle peut l’assortir de conditions si la concurrence risque d’être atteinte.

 

  • L’interdiction des aides publiques

Si elles favorisent certaines entreprises ou certains secteurs elles vont fausser la concurrence.

Les projets européens ne sont pas concernés. Cela rend difficile l’actionnariat public.

 

  • L’ouverture à la concurrence

Les traités reconnaissent l’existence des entreprises publiques. Seules les distorsions de concurrence sont interdites et elles s’appliquent aux entreprises de service public.

De ce fait, l’UE a mis en œuvre un processus de déréglementation des services publics où la concurrence est possible : transport, distribution d’électricité, postes et télécommunications).

 

 

II] La politique agricole commune

La PAC a longtemps été un des domaines de prédilection de l’intégration régionale.

On peut distinguer deux périodes.

 

  • La PAC originelle

La CEE a mis en place un protectionnisme agricole avec une politique de soutien aux agriculteurs. Au début des années 60 l’agriculture européenne est en retard sur les USA, elle est déficitaire sur le plan commercial.

Plusieurs arguments en faveur du protectionnisme ont été avancés : la lutte contre la concurrence déloyale, la réduction des aléas de l’activité agricole et la prise en compte en compte des externalités.

La PAC visait plusieurs objectifs : accroître la productivité agricole, assurer un niveau de vie équitable aux agriculteurs, stabiliser les marchés, garantir la sécurité des approvisionnements et assurer des prix raisonnables aux consommateurs.

Mais ces ambitions sont contradictoires. Ex : niveau de vie agricole et prix raisonnables.

La PAC instaurait des marchés communautaires pour certains produits, la préférence communautaire, le soutien au prix avec libre circulation des produits.

 

  • La réforme de la PAC

La politique agricole a eu à la fois des conséquences positives et négatives : accroissement de la productivité agricole et disparition d’exploitations, augmentation des revenus, apparition d’excédents, baisse des prix, coût budgétaire élevé, critique des partenaires commerciaux …

A partir des années 80, la réforme de la PAC s’inspire de la logique de marché : baisse des prix de soutien, quotas dans un premier temps. A partir de 1992, la PAC est profondément repensée et réorientée vers des objectifs qualitatifs (ex : environnement) et une aide ciblée au revenu des producteurs.

En parallèle, contestation du protectionnisme agricole au sein de l’OMC.

 

 

III] La politique commerciale

Elle est une compétence communautaire du fait de l’union douanière. La Commission a une mission libre échangiste qu’elle partage toutefois avec les Etats membres.

 

  • Les négociations commerciales

La Commission négocie avec les partenaires sur la base d’un mandat du Conseil.

La politique commerciale a été menée au sein du Gatt : réduction des droits de douane et des restrictions aux échanges dans un premier temps ; puis au sein de l’OMC mais dans une optique différente : critique de la PAC et nouveaux domaines favorables à l’UE.

Ex : les services ou la propriété intellectuelle.

Enfin, l’Union européenne a mis en œuvre des accords spécifiques avec certains partenaires : cette démarche découle soit de liens coloniaux (politique de coopération dans une logique de développement), soit de proximité géographique (accords d’Union douanière avec la Turquie, partenariats avec des pays développés ou non …).

La politique commerciale permet de conclure des accords d’association, en vue de devenir membre de l’Union, et des accords préférentiels avec des pays en développement.

 

  • Une redéfinition de la politique commerciale

Les outils de la politique commerciale commune sont donc aujourd’hui réduits : les mesures antidumping, les clauses de sauvegarde et la lutte contre les contrefaçons.

De plus, certains pays européens mènent une politique commerciale stratégique.

Ex : aérospatial ou aéronautique.

Mais ce n’est pas une démarche communautaire.

 

Conclusion :

Tension permanente entre les deux effets de l’intégration économique sans doute complexifiée par la diversité politique des Etats membres.

 

Références :

BALASSA, Bela : The theory of economic integration, Greenwood, 1961

HEAD, Keith & MAYER, Thierry : Effet frontière, intégration économique et “forteresse Europe”, Economie & Prévision, 2002

McCALLUM, John : National borders matter, American Economic Review, 1995

VINER, Jacob : The customs issue, Carnegie, 1950

22:28 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie |  Facebook | | |