23/07/2012

Touraine & Crozier : les autres grands sociologues

  • Des sociologies originales face à la polarisation

La sociologie française est polarisée à partir des années 60 par l’opposition Bourdieu / Boudon. Recoupe l’opposition individualisme / holisme soit Weber / Durkheim …

Vertu pédagogique qui nuit à l’étude des autres grands noms de la sociologie.

Ici, auteurs qui ont étudié des domaines différents (organisations, mouvements ouvriers) qu’on retrouve plus aisément dans l’étude de la sociologie par domaine.

Ex : Crozier référence en gestion

 

  • Des « grands » auteurs

Pour Ansart (1990) Touraine est un auteur de « sociologie dynamique » avec l’anthropologue Balandier ; Crozier incarne « l’analyse fonctionnaliste et stratégique ».

Pour Berthelot (2000) Touraine représente « la sociologie des mouvements sociaux » ; Crozier « l’action organisée ».

Pour Scheid (1990) ce sont tous les deux des « grands auteurs en organisation ».

 

  • Des écoles de pensée

Sur le plan institutionnel, Touraine comme Crozier sont à l’origine de véritables courants de pensée dont l’importance est aujourd’hui encore palpable.

Ex : auteurs comme Wieviorka ou Friedberg

Ex : centres de recherches CADIS (Centre d’Analyse et d’Intervention Sociologique) à l’EHESS ou CSO (Centre de Sociologie des Organisations) à l’IEP de Paris

Q : pourquoi leurs pensées ne sont pas dominantes en sociologie.

 

 

I] Alain Touraine

Auteur majeur de la sociologie industrielle et des mouvements sociaux.

Proche politiquement de la deuxième gauche (Rocard).

Formation d’historien.

Sa sociologie se découpe en trois temps :

- La sociologie du travail : première période

- La sociologie des mouvements sociaux : période intermédiaire, de maturité

- La sociologie du sujet : dernière période

On retient généralement deux grands apports à son œuvre.

 

  • La sociologie de l’action

C’est la théorie générale de Touraine, même si aujourd’hui sa vision du sujet semble la dépasser (2000).

Au cours de ses premiers travaux (notamment dans les usines Renault) il distingue trois phases dans l’évolution professionnelle de l’industrie moderne (1955) :

- la phase A : les travailleurs sont des professionnels ayant expérience et habileté

- la phase B : les travailleurs fonctionnent selon le modèle tayloriste

- la phase C : les ouvriers reprennent une part de responsabilité

Pour Touraine, cette évolution explique le déclin du monde ouvrier : recul quantitatif du fait des nouvelles organisations du travail ; augmentation qualitative avec les nouvelles compétences.

A partir de cette analyse il va étudier la conscience ouvrière (1966) : c’est une vaste enquête dans laquelle il cherche à vérifier son hypothèse. La conscience ouvrière est définie par 3 éléments :

- l’identité : l’appartenance à un ensemble

- l’opposition : la lutte contre un adversaire

- la représentation de la société : l’idéologie de l’action

Touraine tire de ses analyses du travail une sociologie des mouvements sociaux qui permet de comprendre les conflits. Pour lui, le fondement des conflits est donc d’origine culturelle.

Vision différente du marxisme ou de la lutte des classes (origine matérielle). Cette approche se matérialise selon Touraine dans le passage de la société industrielle à la société post-industrielle (1969) : càd une société technocratique reposant sur la maîtrise des connaissances et de l’information. « Société programmée ».

La domination sociale se modifie également :

- l’intégration sociale pousse les acteurs à remplir les objectifs fondamentaux de la société

- la manipulation culturelle fait que les institutions agissent sur les besoins et les attitudes des acteurs sociaux

- le contrôle de la société est le fait des organisations qui cherchent à s’imposer socialement

Ainsi, pour Touraine, la société post-industrielle réduit les conflits de classe traditionnels. De nouvelles luttes apparaissent : entre technocrates (issus des grandes écoles) et professionnels (techniciens, ingénieurs, enseignants …) ou opérateurs (consommateurs). La lutte concerne le pouvoir et elle oppose principalement ceux qui maîtrisent les décisions et ceux qui maîtrisent les compétences.

Lecture du mouvement de mai 68 selon cette grille : révolte culturelle, idéologique / étudiants.

Touraine devient ainsi l’analyste des nouveaux mouvements sociaux qu’il oppose au mouvement ouvrier. C’est la sociologie de l’action (1965) (1978) (1980) (1981) (1984) :

- les conduites des acteurs ne sont pas prédéterminées par des situations sociales

- la société est un ensemble de rapports sociaux ayant des intérêts opposés

- la société semble dominée par l’ordre étatique alors qu’il se réduit

- l’action conduit à de nouveaux mouvements sociaux (lutte culturelle)

- les classes sociales se définissent par leur action historique (lutte consciente)

 

  • L’intervention sociologique

Touraine réalise un grand apport à la méthodologie sociologique : la sociologie de l’action repose sur une démarche active du sociologue qui doit aider les mouvements sociaux à se forger une conscience (1978).

L’intervention repose sur 4 piliers :

- Le sociologue doit rencontrer les acteurs sociaux au cour de leur action

- Le sociologue doit s’assurer de la conscience du mouvement social étudié

- Le groupe d’acteurs doit faire émerger l’enjeu de la lutte sociale

- Le groupe doit pouvoir auto-analyser sa lutte

 

Méthode novatrice. Sociologie de terrain, de confrontation. Refus de l’extériorité ou de la neutralité du sociologue. 

 

II] Michel Crozier

Diplômé d’HEC.

Sociologue par accident de l’histoire, son étude initiale déterminera pourtant l’orientation de ses travaux vers les organisations.

Proche politiquement du centre droit libéral (Chaban).

Tête de turc de Bourdieu : sociologie « édifiante » et non « critique ». D’où une méfiance …

Etudes mineures : recherche sur les classes sociales (1965) dont les oppositions d’intérêt ne sont pas déterministes mais dépendent des situations sociales (œuvre de jeunesse) ; le changement politique (1970) (1979) (1987) qui est bloqué par le manque de coopération entre les acteurs sociaux.

Deux grands thèmes de la sociologie de Crozier se sont imposés :

 

  • Le phénomène bureaucratique (1963)

A partir de l’étude de cas de deux organisations publiques (chèques postaux et usine SEITA), Crozier tire une analyse d’ensemble de la bureaucratie.

On peut déceler quatre caractéristiques :

- Le principe égalitaire : l’ancienneté est préférée au mérite

- Le principe de cloisonnement : les postes sont obtenus par concours

- L’impersonnalité des règles : le personnel est protégé

- La centralisation des décisions : hiérarchie

Pour Crozier, la bureaucratie a l’avantage d’être un système stable mais dont les dysfonctionnements ne peuvent être réglés : la centralisation empêche les élites de maîtriser l’information nécessaire au changement. Seule une crise permet de régler les problèmes.

Crozier considère que la bureaucratie est un phénomène culturel français : peur du face à face.

Analyse très féconde : dans les entreprises, dans les autres pays … mais plus nuancée.

 

  • L’analyse stratégique (1977)

Ouvrage de synthèse publié avec Erhard Friedberg basé sur les nombreuses enquêtes menées.

Véritable manuel de sociologie des organisations, il avance plusieurs concepts :

- Les acteurs : ils n’existent que dans un système social

- Les stratégies : les acteurs disposent de ressources qu’ils mobilisent en fonction des contraintes sociales

- Le pouvoir : les acteurs ont le pouvoir d’influencer un autre acteur (maîtrise d’une compétence, de la communication ou des règles de l’organisation).

- Les jeux : les acteurs modifient en permanence les règles de l’organisation

- L’environnement : cadre structurel et contraignant de l’organisation

- Les systèmes d’action concrets : structure au sein desquelles les acteurs définissent des stratégies en termes de jeux pour obtenir du pouvoir

Ainsi Crozier mobilise une analyse systémique de la sociologie qui permet de mettre en valeur la contingence des situations sociales : elles dépendent de rapports sociaux et ne sont pas figées.

Le processus de décision devient donc l’élément clé : les décisions ne sont pas rationnelles, elles sont la meilleure solution à un problème (Simon). Le changement social dépend donc de la capacité des acteurs à mobiliser leurs ressources dans des stratégies de pouvoir efficaces et coopératives.

 

Conclusion :

Enigme Touraine, sociologie moderne mais peu connue. Solution Crozier : étudié en gestion !

 

Références :

ANSART, Pierre : Les sociologies contemporaines, seuil, 1990

BERTHELOT, Jean-Michel dir. : La sociologie française contemporaine, Puf, 2000

CROZIER, Michel : Le phénomène bureaucratique, Seuil, 1963

CROZIER, Michel : Le monde des employés de bureau, Seuil, 1965

CROZIER, Michel : La société bloquée, Seuil, 1970

CROZIER, Michel & FRIEDBERG, Erhard : L’acteur et le système, Seuil, 1977

CROZIER, Michel : On ne change pas la société par décret, Grasset, 1979

CROZIER, Michel : Etat modeste, Etat moderne, Fayard, 1987

SCHEID, Jean-Claude : Les grands auteurs en organisation, Dunod, 1990

TOURAINE, Alain : L’évolution du travail ouvrier aux usines Renault, Cnrs, 1955

TOURAINE, Alain : Sociologie de l’action, Seuil, 1965

TOURAINE, Alain : La conscience ouvrière, Seuil, 1966

TOURAINE, Alain : La société post-industrielle, Denoël, 1969

TOURAINE, Alain : La voix et le regard, Seuil, 1978

TOURAINE, Alain dir. : Lutte étudiante, Seuil, 1978

TOURAINE, Alain dir. : La prophétie anti-nucléaire, Seuil, 1980

TOURAINE, Alain dir. : Le pays contre l’Etat, Seuil, 1981

TOURAINE, Alain ; WIEVIORKA, Michel & DUBET, François : Le mouvement ouvrier, Fayard, 1984

TOURAINE, Alain & KHOSROKHAVAR, Farhad : La recherche de soi, Fayard, 2000

14:03 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Histoire, Sociologie |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.