02/07/2012

La théorie de la régulation

Courant de pensée économique d’origine française.

Apparition avec la crise des 70’s. Effet de mode ?

Ouvrage fondateur : Régulation et crises du capitalisme Aglietta (1976).

Plusieurs auteurs emblématiques : Boyer, Mistral, André, Delorme, Lipietz, Théret, Billaudot, Reynaud, Amable ou Lordon ... Autour de l’ex-CEPREMAP : Commissariat au plan.

Influence forte des ingénieurs économistes.

 

  • La théorie de la régulation a pour origine intellectuelle l’historicisme allemand

La théorie économique ne peut produire de grandes lois générales, elle doit inscrire ses analyses dans le temps et dans l’espace.

Querelle des méthodes au XIXe.

Dans cette perspective, l’économie est une science inductive qui a pour but d’aborder la réalité sur un plan historique afin de proposer des explications.

 

  • La théorie de la régulation est proche de l’économie institutionnaliste

Courant de pensée d’origine américaine (début XXe) incarné par Veblen principalement.

Analyse fondée sur les institutions et leur rôle dans l’économie : elles déterminent de manière forte les comportements collectifs.

Les institutions sont des ensembles d’habitudes, de règles incarnées dans les communautés.

Approche dynamique de l’économie, par opposition à la vision statique néo-classique.

 

  • La théorie de la régulation porte une critique sévère de l’école néo-classique

Boyer (1986) montre que cette approche puise ses fondements dans deux grands courants : le marxisme et l’analyse keynésienne.

Référence au marxisme pour le capitalisme, les luttes, l’accumulation … même si la théorie de la régulation est moins déterministe au regard des rôles individuels.

Référence à Keynes pour l’investissement, les rapports salariaux, les anticipations …

La théorie de la régulation estime que les situations d’équilibre découlent d’arrangements institutionnels. Ce n’est pas la conséquence de comportements individuels optimaux.

Les institutions en place dans une économie peuvent donc être à l’origine de situations de crise.

Q : quelle sont la portée et les limites de cette école de pensée ?

 

 

I] Les concepts fondamentaux

Pour la théorie de la régulation, le principal problème est que les dynamiques sont variables dans le temps et dans l’espace. Il faut donc disposer d’un appareil analytique commun pour théoriser les régulations économiques.

En général, les concepts sont peu cohérents et varient en fonction des auteurs.

Deux grandes synthèses : collective par Boyer & Saillard (1995) et Boyer (2004). Mais tardif ?

 

  • Les modes de production et le régime d’accumulation

Ce sont les rapports sociaux déterminés par la production (comme pour Marx).

Cela permet de mettre en valeur les relations entre les rapports sociaux et l’organisation économique.

Un mode de production est toute forme spécifique des rapports de production et d’échange.

Les relations sociales régissent la production et la reproduction des conditions matérielles requises pour la vie des hommes en société.

Boyer (1986) considère que cette notion reste très générale et qu’elle nécessite trois précisions :

- le rapport d’échange est sous forme marchande. La monnaie joue donc un rôle essentiel dans les rapports sociaux (marchandisation).

- la séparation entre producteurs et moyens de production entraîne le développement du rapport salarial.

- la valeur d’échange prime sur la valeur d’usage.

 Le régime d’accumulation est l’ensemble des régularités assurant une progression générale et cohérente de l’accumulation du capital. Ex : le fordisme, Billaudot (2001)

Cela permet de gérer dans le temps les déséquilibres inhérents au processus.

 

  • Les formes institutionnelles et la régulation

Elles découlent d’un régime d’accumulation, ce sont les moyens d’en garantir la cohérence.

Ex : Aglietta (1976) étudie par exemple les formes institutionnelles des USA : le marché du travail est très concurrentiel, l’immigration est forte. Cela fournit une armée industrielle de réserve. Mais des crises de débouchés persistent. Après la seconde guerre mondiale, les salaires sont déconnectés de l’activité économique réelle. Le fordisme est caractérisé par ce rapport salarial non concurrentiel.

Ex : Boyer dir. (1986) sur l’évolution des capitalismes nationaux face à la crise.

On distingue cinq formes institutionnelles :

- la contrainte monétaire : rapport social qui institue les sujets marchands.

Ex : l’inflation découle de rapports sociaux, Boyer & Mistral (1978)

- le rapport salarial : c’est la mise en relation mutuelle entre différents types d’organisation du travail, de modes de vie et de modalités de reproduction des salariés.

Ex : division du travail, revenus, consommation ou formation des salaires, Reynaud (2004)

- les formes de la concurrence : mode de formation des prix.

Ex : mode concurrentiel ou monopoliste (rôle de l’Etat).

- la nature de l’Etat : c’est la lutte entre groupes d’intérêts qui débouchent sur des compromis institutionnalisés.

Ex : passage de l’Etat circonscrit à l’Etat inséré, Delorme & André (1983)

- l’insertion dans le régime international : ouverture aux échanges commerciaux.

Le mode de régulation accorde les comportements individuels et collectifs avec le régime d’accumulation pour maintenir la cohérence.

C’est donc un ensemble de procédures ayant trois caractéristiques :

- reproduire les rapports sociaux fondamentaux

- soutenir le régime d’accumulation en vigueur

- assurer la cohérence des décisions

 

 

II] La théorie des crises

La théorie de la régulation propose une explication des mécanismes de crise.

 

  • Typologie des crises économiques

- Les perturbations externes

Ce sont des phénomènes mineurs pour l’école de la régulation : ces crises sont datées et localisées. Elles sont extérieures au régime d’accumulation. Ex : mauvaise récolte

- Les crises cycliques

Ce sont des phénomènes normaux et périodiques.

Ces crises ne concernent ni la régulation ni le régime d’accumulation. Elles sont liées aux cycles de développement du capitalisme. Ex : insuffisance de la demande

- Les crises du mode de régulation

C’est la mise en cause des mécanismes qui assurent la compatibilité des différents éléments d’un régime d’accumulation. Ex : conflits sociaux pour le partage de la valeur ajoutée

- La crise du régime d’accumulation

Le mode de développement d’un régime d’accumulation est nécessairement limité dans le temps car il repose sur des régularités (les formes institutionnelles).

La reproduction du système économique va connaître des blocages du fait de ses contradictions. Ex : le fordisme reposait sur une organisation de la production, un partage de la valeur ajoutée et une demande sociale spécifiques

- La crise du mode de production

C’est la crise du capitalisme. Phénomène majeur et rare.

Crise qui découle de contradictions qui ne sont plus soutenables. Ex : passage du féodalisme au capitalisme

 

  • Analyses empiriques

Cette typologie fournit une grille de lecture de l’histoire des crises. Applicable aux faits contemporains : de la crise pétrolière (perturbation) à l’effondrement soviétique (mode de production) en passant par la crise japonaise (régime d’accumulation).

Ainsi Boyer (2002) montre que la « nouvelle économie » basée sur les technologies de l’information n’est pas un nouveau mode de régulation qui va assurer la croissance, mais une configuration institutionnelle parmi d’autres.

Pour Aglietta & Rebérioux (2004), la libéralisation financière déstabilise les régimes d’accumulation : la finance de marché ne propose pas de nouveau mode de régulation. L’instabilité qui découle de l’accumulation tirée par la finance est un facteur de propagation des crises. Ex : crise Argentine

Les nombreux scandales financiers sont liés au développement du capitalisme financier, puisque la gestion dans l’intérêt des actionnaires nuit au bon contrôle des dirigeants.

Voir dans cette logique les travaux de Lordon (2003) et (2008).

 

 

Conclusion :

Ecole particulièrement intéressante pour ses analyses socio-historiques. Place très forte des facteurs politiques dans l’économie. Ex : Théret (1992) ou Lordon (1997)

Vision essentiellement macro-économique.

Nombreuses intuitions sur des sujets originaux. Ex : Lipietz sur le développement ou l’écologie.

Mais tellement diverse qu’elle semble dépassée aujourd’hui par d’autres approches.

Ex : économie des conventions

 

Références :

AGLIETTA, Michel : Régulation et crises du capitalisme, Odile Jacob, 1976

AGLIETTA, Michel & REBERIOUX, Antoine : Dérives du capitalisme financier, Albin Michel, 2004

BILLAUDOT, Bernard : Régulation et croissance Une macroéconomie historique et institutionnelle, L’Harmattan, 2001

BOYER, Robert & MISTRAL, Jacques : Accumulation, inflation, crises, Puf, 1978

BOYER, Robert : La théorie de la régulation: une analyse critique, La Découverte, 1986

BOYER, Robert dir. : Capitalismes fin de siècle, Puf, 1986

BOYER, Robert & SAILLARD, Yves dir. : La théorie de la régulation, La Découverte, 1995

BOYER, Robert : Théorie de la régulation, La Découverte, 2004

BOYER, Robert : La croissance, début de siècle, Albin Michel, 2004

DELORME, Robert & ANDRE, Christine : L’Etat et l’économie Un essai d’explication de l’évolution des dépenses publiques en France 1870-1980, Seuil, 1983

LIPIETZ, Alain : Crise et inflation: pourquoi ?, Maspero, 1979

LIPIETZ, Alain : Mirages et miracles Problèmes de l'industrialisation dans le Tiers-Monde, La Découverte, 1985

LORDON, Frédéric : Les quadratures de la politique économique, Albin Michel, 1997

LORDON, Frédéric : Et la vertu sauvera le monde, Raisons d’agir, 2003

LORDON, Frédéric : Jusqu’à quand ?, Raisons d’agir, 2008

REYNAUD, Bénédicte : Les règles économiques et leurs usages, Odile Jacob, 2004

THERET, Bruno : Régimes économiques de l’ordre politique, Puf, 1992

18:29 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie, Histoire |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.