23/06/2012

Elinor Ostrom

Le décès de la chercheuse en sciences politiques et lauréate du prix de la Banque de Suède en la mémoire d'Alfred Nobel de 2009 nous privera des réflexions particulièrement intéressantes qu'elle a produit dans le domaine des "biens communs".

Alors que l'analyse économique avait surtout explicité les statut des biens privés ou publics, ces biens particuliers où l'utilisation exclusive n'est pas possible alors que la consommation simultanée existe (une zone de pêche par exemple) formaient une quasi-anomalie théorique. Seule la "tragédie des communs" permettait de les appréhender dans une optique environnementale et écologique : face au danger de surexploitation, il faut fixer des quotas.

Le tour de force d'Ostrom a été de focaliser sur les nombreuses organisations mises en place dans le monde pour gérer les biens communs. En mobilisant des études empiriques et des références théoriques, elle a montré la variété et l'ingéniosité des individus pour préserver leurs ressources. Son oeuvre maîtresse avait été traduite chez l'éditeur De Boeck : Gouvernance des biens communs et constitue une référence incontournable pour cerner ce domaine (en attendant la publication d'articles inédits au Presses du Septentrion).

Pour aller plus loin sur cette auteure, des lectures :

Tiré du blog du Monde Diplomatique Puces savantes http://blog.mondediplo.net/2012-06-15-Elinor-Ostrom-ou-la...

Tiré du site web du magazine Alternatives Economiques http://www.alternatives-economiques.fr/la-pensee-d-elinor...

Son intervention à une conférence au Corum de Montpellier http://www.agropolis.fr/actualites/2011-hommage-elinor-os...

23:31 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Actualité, Economie, Géopolitique |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.