25/02/2012

D'autres lectures

Un livre essentiel qui permet de faire le point sur les nouvelles approches de l'économie du développement, notamment sur le plan empirique : Repenser la pauvreté d'Abhijit Benerjee & Esther Duflo publié au Seuil. L'économiste française en parle ici dans le quotidien Libération : http://www.liberation.fr/monde/01012381558-je-voudrais-ch...

Les sciences de gestion intègrent de plus en plus l'approche critique. Ainsi Armand Hatchuel et Blandine Segrestin nous invitent à Refonder l'entreprise, dans la collection République des idées au Seuil. Les auteurs plaident pour une prise en compte nouvelle des problématiques de management : les entreprises doivent favoriser l'innovation et assumer la diversité des parties prenantes. Armand Hatchuel est par ailleurs chroniqueur régulier dans le quotidien Le Monde : http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/02/20/la-cogesti...

Enfin, un ouvrage vient proposer une réflexion d'ensemble sur les Critical Management Studies, ce courant d'origine anglo-saxonne qui vise à dévoiler les sous-bassements idéologiques de la gestion. Dirigé par Laurent Taskin et Matthieu de Nanteuil, Perspectives critiques en management chez De Boeck, cet ouvrage permet d'évoquer des thématiques telles que la gestion des ressources humaines, le changement, l'évolution de l'enseignement de gestion ... Autant de problèmes qui ne peuvent être abordés comme de simples techniques socialement neutres.

A signaler dans cette optique, un excellent ouvrage qui constitue une très bonne introduction au sujet : La société managériale d'Anne & Eric Pezet aux éditions La vie brûle.

16:36 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie, Organisations, Sociologie |  Facebook | | |

Actualité éditoriale en socio-économie

En laissant délibéremment de côté l'actualité des revues, la rentrée 2012 est fort riche en publications extrêmement intéressantes :

La toute dernière en date, La fabrique de la défiance chez Albin Michel où Yann Algan, Pierre Cahuc & André Zylberberg approfondissent des analyses d'économie culturelle pour montrer les limites d'un modèle français fortement corporatiste et victime d'une concentration de ses élites dans des domaines comme l'éducation, le gouvernement ou la direction des grandes entreprises. Cette défiance a des conséquences lourdes en termes d'inefficacité économique ou de perte de bien être individuel et social.

Le site compagnon du livre propose des lectures et des données qui forment la base de leur analyse : http://www.sciencespo.fr/lafabriquedelaconfiance/

Un livre aussi intéressant qu'inquiétant de la démographe Isabelle Attané, Au pays des enfants rares, qui décortique les politiques familiales et les évolutions prévisibles de la population chinoise. Le sex-ratio (nombre de naissances surélevé pour les jeunes garçons), le vieillissement ou les différences entre monde rural et urbain vont devenir un véritable défi pour cette nation.

Quelques lectures complémentaires sur le site du mensuel Le Monde Diplomatique : http://www.monde-diplomatique.fr/2011/06/ATTANE/20661 et http://www.monde-diplomatique.fr/2006/07/ATTANE/13601

Dans La grande transformation du capitalisme japonais, Sébastien Lechevalier (et quelques co-auteurs) nous livre une fantastique étude d'économie institutionnaliste d'inspiration régulationniste du modèle japonais. Présenté comme le principal concurrent des économies anglo-saxonnes jusqu'au début des années 90, il s'inscrit aujourd'hui dans la diversité des formes du capitalisme en tant que forme particulière. La place singulière du travail ou de l'innovation sont passées en revue, et permettent de comprendre en quoi la décennie de crise n'a pas fait disparaître la spécificité d'une organisation économique prometteuse.

(A suivre)

12:53 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie, Géopolitique, Organisations, Sociologie |  Facebook | | |

Relancer la machine de l'emploi

Le site de la Vie des idées met en ligne des vidéos où des chercheurs évoquent des thèmes importants dans l'optique de la campagne politique des présidentielles. Ainsi l'économiste Philippe Askenazy présente en quelques minutes les principaux enseignements de son étude sur les politiques de l'emploi en France depuis 1970.

Petit rappel : selon Askenazy les solutions mises en place pour faire face aux difficultés du marché du travail suite à la crise des années 70 ne sont pas adaptées. Elles confondent les aspects conjoncturels de la réduction de l'activité et le changement structurel qui en découle : l'avènement d'une économie basée sur la connaissance. En effet, un simple détour par l'analyse sociologique d'Alain Touraine montre l'évolution forte du monde du travail qui a lieu au cours des trente glorieuses (plus communément appellées l'âge d'or en histoire économique). Le travail d'exécution nécessitant plus un maîtrise (et une expérience) qu'une capacité de conception (et d'adaptation) est en train de se réduire inéxorablement.

Le grand intérêt du diagnostic d'Askenazy est de proposer des pistes de politique économique capables de modifier les orientations prises à l'époque.

 


Relancer la machine de l'emploi - Entretien avec... par laviedesidees

12:21 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie, Sociologie |  Facebook | | |