06/02/2012

La stratification sociale

Constat invariant : toutes les sociétés sont hiérarchisées.

Cela pose le problème de la différentiation sociale.

Dans certaines sociétés, la différentiation est rigide : les groupes sociaux sont strictement séparés. Ex : les esclaves (Dockès), les castes (Dumont ou Baechler) ou les ordres

La différentiation rigide repose le plus souvent sur le droit, qui consacre la tradition.

Dans toute société, il existe des inégalités entre individus : les rôles et les avantages qui y sont attachés sont différents selon les individus. Ex : proviseur, professeur et étudiant

Ces inégalités entraînent des différences de revenu et de pouvoir.

Cela permet de raisonner sur la justice sociale (mais c’est une autre question).

L’existence d’inégalités de revenu et de pouvoir n’est pas forcément cumulative. Certaines activités confèrent du prestige sans revenu.

La stratification sociale va chercher à regrouper des individus ou à les isoler des autres. Il faut donc trouver des critères pour découper la société et classer les individus en fonction de leur position sociale.

L’inégalité est également abordée en économie, où elle relève de l’individu : cela dépend de sa productivité et de la rareté de son talent. C’est pourquoi les premières analyses des classes sociales proviennent d’économistes (Quesnay ou Ricardo).

Enfin, les bouleversements des sociétés modernes, des révolutions politiques et industrielles ont réduit les inégalités de droit pour laisser place aux inégalités de fait.

Q : la société n’est elle qu’une superposition de classes ?

 

I] Les classes sociales

Elles sont une des modalités de la stratification sociale.

Mais plutôt que de décrire la hiérarchie des individus, l’analyse en termes de classes cherche à faire apparaître les rapports sociaux qui structurent les sociétés.

Généralement cette approche se base sur les conflits ou la domination.

Certains auteurs pensent que c’est une notion inutile ou dépassée. C’est une des rares notions de sociologie que Durkheim n’évoque pas dans son œuvre.

  • L’approche marxiste

Pour Marx (1850), l’origine de la division sociale provient de la sphère de production.

Une classe possède les moyens de production (les capitalistes), l’autre ne peut qu’utiliser sa force de travail (la classe ouvrière). Les propriétaires du capital exploitent les prolétaires, car Marx considère que la valeur provient du travail.

Cependant, comme le note Mendras, Marx n’a jamais donné de définition précise de la classe.

L’histoire est animée par un mouvement de lutte des classes pour la propriété des moyens de production. Si certains individus ne s’opposent pas aux autres (comme les paysans), c’est qu’ils n’ont pas de conscience de classe.

De plus, l’Etat est un instrument de la classe dominante.

Les rapports de classes seront donc conflictuels. Mais le développement du salariat et la différenciation au sein même de la classe ouvrière a affaibli ce raisonnement.

  • L’approche compréhensive

Pour Weber (1922), il existe trois types de groupes sociaux :

-         les classes : hiérarchie économique

-         les groupes de statut : hiérarchie sociale

-         les partis politiques : hiérarchie du pouvoir

Les classes ne font que regrouper des individus qui ont des chances égales d’accès aux biens et à certaines conditions de vie matérielle. Ce ne sont pas des communautés d’intérêt solidaires. Les classes ne traduisent que des opportunités de vie déterminées par le marché.

Les groupes de statut concernent l’honneur social ou le prestige. Le statut repose sur des jugements de valeurs et des évaluations par les autres membres d’une communauté. Les groupes de statut ont des styles de vie différents : des modes de consommation ou des pratiques culturelles à part. Ex : la consommation ostentatoire de Veblen (1899).

Les partis politiques sont formés sur la base de communautés d’intérêts : économique, religieuse ou ethnique. La politique s’incarne dans des bureaucraties. La position des individus dans les partis dépend de l’influence exercée sur l’action commune.

Weber met en valeur le caractère pluridimensionnel de la stratification : la hiérarchie est variable en fonction de l’échelle d’analyse. Le statut économique et le prestige social ne sont pas identiques. Ex : le capital culturel de Bourdieu (1964).

  • L’approche empirique

Warner (1963) enquête sur une ville américaine, et demande aux individus de classer leurs concitoyens en classes sociales en fonction du prestige qu’ils leur accordent.

En utilisant quatre critères (profession, revenu, quartier habité et nature du logement) Warner met en valeur plusieurs grandes classes et sous classes sociales : upper class, middle class et lower class (chacune subdivisée en lower/upper). Mais généralisation difficile.

Pour dépasser ces approches, certains sociologues ont cherché à les prolonger.

Dahrendorf (1959) pense que les classes sont en conflit autour de l’autorité : elles cherchent à obtenir le pouvoir légitime de donner des ordres à autrui.

Touraine montre que les conflits de classe permettent aux individus de s’affirmer comme sujets (et donc comme individus) pour affirmer leurs valeurs : écologie, féminisme …

Bourdieu (1994) estime que l’espace social est structuré par des relations de domination. La hiérarchie dépend de deux facteurs : le capital économique et le capital culturel. Les individus partagent un habitus de classe : ils incorporent des valeurs qui fondent leur vision du monde.

 

II] La mobilité sociale

Ce sont les changements de position dans la structure sociale.

  • Les formes de la mobilité

On distingue trois grands types de mobilité :

-         la mobilité intragénérationnelle : changement de position entre deux périodes

-         la mobilité professionnelle : changement de profession ou d’activité

-         la mobilité intergénérationnelle : changements par rapport aux parents

L’analyse globale de la mobilité permet de faire apparaître la mobilité structurelle, càd la transformation globale de la société. Mendras (1988) étudie dans cette optique la « seconde révolution française » : augmentation de la production de 65 à 84, quasi disparition de la paysannerie et de la bourgeoisie traditionnelle, tertiarisation, apparition des cadres ou de la classe moyenne. C’est une nouvelle « civilisation des mœurs » fondée sur l’individualisme.

En France, on utilise la nomenclature PCS (professions et catégories sociales) pour mesurer la mobilité sociale : à partir des enquêtes INSEE, on caractérise les individus par leur profession, leur statut, leur qualification, leur position hiérarchique ou leur secteur d’activité.

  • Tendances de la mobilité sociale

On distingue trois grandes tendances de la mobilité sociale :

-         l’hérédité des statuts sociaux reste forte

-         les changements correspondent à une mobilité restreinte : paysans/ouvriers/employés

-         les flux de mobilité sont ascendants

Comme la structure des professions se modifie, elle permet la mobilité (ex : déclin de l’agriculture, augmentation des cadres). Les changements de technologie favorisent également la mobilité. Thélot (1982) montre que la situation économique des 60’s a favorisé la mobilité.

La circulation entre les positions sociales s’explique également par la hausse du niveau d’instruction. Mais pour Boudon (1973) comme le nombre de positions sociales élevées n’a pas autant augmenté que celui des positions scolaires, les études ne sont pas toujours valorisées.

Pour prendre en compte la mobilité sociale, il faut également analyser les opinions.

Ex : la vision de l’american dream n’est pas confirmée dans les faits

 

III] Les élites

Pour rendre compte des évolutions récentes de la société, il faut que l’analyse de la stratification sociale prenne en compte les nouveaux rapports de pouvoir. L’évolution économique a vu l’apparition de nouvelles élites.

  • Les analyses classiques des élites sont d’inspiration politique

Mosca (1896) estime que la souveraineté populaire n’existe pas, et qu’une minorité confisque les pouvoirs et utilise les principes démocratiques pour asseoir sa domination.

Michels (1911) approfondit cette analyse, en montrant que la constitution d’une oligarchie est inhérente à une société qui repose sur la division du travail.

Pour Pareto (1916) les sociétés sont gouvernées par des élites (personnes de grandes capacités) et qu’il est nécessaire qu’il y ait une circulation des élites pour éviter la décadence.

Pour Burnham (1941) la modernité marque l’apparition des « organisateurs » : les sociétés sont dirigées par des technocrates (dirigeants ou cadres).

Mills (1951) analyse l’apparition des « cols blancs », les élites dirigeantes cherchent à concentrer le pouvoir. Ils basent leur domination sur le prestige.

  • La diversité des élites

Pour Aron, les classes dirigeantes ne sont pas une réalité : leurs statuts et leurs pouvoirs divergent en fonction des situations. Ce sont des contrepoids indispensable à la démocratie.

Boudon (1984) insiste également sur l’idée que les élites sont fragmentées et hétérogènes : les ressources nécessaires pour détenir le pouvoir varient en fonction du système social.

Ex : classement des universités

Pour Boltanski (1982) les cadres sont un groupe social dont l’apparition n’est pas naturelle. C’est un processus complexe qui s’impose par la culture, la politique ou les institutions (ex : syndicalisme). Ainsi le plan Marshall et la culture managériale américaine ont contribué à la formation de ce groupe.

Birnbaum (1977) montre que le recrutement des classes dirigeantes est très étroit : les dirigeants économiques ou politiques proviennent de milieux identiques. Bourdieu propose la même analyse pour la haute fonction publique, c’est la noblesse d’état (1989).

 

Conclusion :

Chauvel (1988) montre que le destin des générations dépend fortement de la période de naissance. Les périodes de croissance économique sont favorables à la mobilité (et réciproquement).

 

Références :

ARON, Raymond : Etudes sociologiques, Puf, 1988

BAECHLER, Jean : La solution indienne, Puf, 1988

BIRNBAUM, Pierre : Les sommets de l’Etat, Seuil, 1977

BOLTANSKI, Luc : Les cadres, Minuit, 1982

BOUDON, Raymond : L’inégalité des chances, Armand Colin, 1973

BOUDON, Raymond : La place du désordre, Puf, 1984

BOURDIEU, Pierre : Les héritiers, Minuit, 1964

BOURDIEU, Pierre : La noblesse d’Etat, Minuit, 1989

BOURDIEU, Pierre : Raisons pratiques, Seuil, 1994

BURNHAM, James : L’ère des organisateurs, Calmann Levy, 1941

CHAUVEL, Louis : Le destin des générations, Puf, 1998

DAHRENDORF, Ralf : Classe et conflit de classe dans la société industrielle, Mouton, 1959

DOCKES, Pierre : La libération médiévale, Flammarion, 1979

DUMONT, Louis : Homo hierarchicus, Gallimard, 1979

MARX, Karl : Les luttes de classe en France, Folio, 1850

MENDRAS, Henri : La seconde révolution française 1965-1984, Gallimard, 1988

MENDRAS, Henri : Eléments de sociologie, Armand Colin, 1989

MICHELS, Robert : Les partis politiques, Flammarion, 1911

MILLS, Charles Wright : Les cols blancs, Seuil, 1951

MOSCA, Gaetano : The ruling class, Mc Graw Hill, 1896

PARETO, Vilfredo : Traité de sociologie générale, Droz, 1916

QUESNAY, François : Tableau économique des physiocrates, Calmann Levy, 1758

RICARDO, David : Des principes de l’économie politique et de l’impôt, Flammarion, 1817

THELOT, Claude : Tel père, tel fils ?, Dunod, 1982

TOURAINE, Alain & KHOSROKHAVAR, Fharad : La recherche de soi, Fayard, 2000

VEBLEN, Thorstein : Théorie de la classe de loisir, Gallimard, 1899

WARNER, William Lloyd : Yankee city, Yale University Press, 1963

WEBER, Max : Economie et société, Plon, 1922

22:56 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Sociologie |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.