03/01/2012

Analyse financière du bilan

Le but est de dresser le profil d’une entreprise.

Il faut donc prendre en compte :

-          Le secteur d’activité

-          Le statut de l’entreprise

-          La stratégie de l’entreprise

 

 

I] La méthodologie

  • Objectifs du diagnostic financier

L’analyse financière repose sur des normes. Celles-ci permettent de porter un jugement de valeur sur la santé d’une entreprise.

On cherche à apprécier plusieurs aspects :

-          La capacité bénéficiaire

-          La progression de l’activité et des résultats

-          Le risque financier

-          L’équilibre financier

-          L’autonomie

On résume l’analyse en quatre grandes questions :

-          La solvabilité : qui relève de l’approche patrimoniale

-          La performance : qui relève de l’analyse du résultat

-          La croissance : qui relève d’une vision dynamique

-          Les risques

 

  • Les utilisateurs de l’analyse financière

En fonction de la personne qui mène l’analyse, les objectifs seront appréciés de manière différente. Ex : diagnostic interne ou externe

On distingue plusieurs grands utilisateurs :

-          Les gestionnaires : cherchent de l’information pour prévoir et décider

-          Les investisseurs : cherchent de l’information pour maximiser leur rémunération

-          Les prêteurs : cherchent de l’information pour garantir la liquidité (à court terme) et la solvabilité (à long terme)

-          Les salariés : cherchent de l’information pour la participation (financière ou à la gestion)

-          Les partenaires : cherchent de l’information pour vérifier la viabilité. Ex : conclusion d’un contrat d’approvisionnement à long terme

 

  • La démarche

Il faut réaliser un diagnostic général :

-          SWOT

-          Environnement

-          Positionnement

-          Chaîne de valeur

-          Compétitivité (…)

Il faut réaliser un diagnostic financier :

-          Etude statique du bilan : bilan fonctionnel et financier

-          Etude dynamique du bilan : tableaux de financement et flux

-          Analyse du compte de résultat : SIG et ratios

 

 

II] Analyse de la structure financière

Dans une optique de comptabilité consolidée, il y a primauté du Bilan sur le Compte de Résultat car ce qui compte c’est la structure du groupe.

De plus, le fondement de l’analyse de la structure repose sur la juste valeur.

 

  • Analyse par le bilan liquidité

Actifs non courants

 

 

Actifs courants                                       FR liquidité

                                                                      

Capitaux propres

Dettes de long et moyen terme

Dettes de court terme

 

  •  Analyse par le bilan fonctionnel

Immobilisations

Capitaux permanents

 

Actif circulant d’exploitation

Dettes d’exploitation

 

Cela permet de mettre en valeur le Fonds de Roulement, le Besoin en Fonds de Roulement (BFRE et BFRHE) ainsi que la Trésorerie Nette.

 

  •  Analyse par le bilan pool de fonds

Emplois industriels et commerciaux

- Immobilisations nettes

- BFRE

Capitaux permanents

- Capitaux propres

- Amortissement et provisions

Actif circulant d’exploitation

- Immobilisations financières

- Disponibilités et VMP

Dettes d’exploitation

- Dettes de long et moyen terme

- Dettes de court terme

 

  • Endettement net

Emprunt de Long et Moyen terme

+ Emprunt de Court terme

- Disponibilités et placement de trésorerie

= Endettement financier net

 

  • Ratios

Rotation des actifs : CA / Immobilisations corporelles « productives »

Autonomie financière : Capitaux propres consolidés / Total du passif (doit dépasser 20 ou 25 %)

Degré d’intégration du groupe : Capitaux propres part minoritaire / Capitaux propres consolidés

Capacité de remboursement : Emprunt LMT / Marge brute d’autofinancement (< à 3 ou 4 ans)

Gearing (endettement net) : Endettement net / Capitaux propres consolidés

Endettement : Frais financiers / Excédent brut d’exploitation

 

 

III] Spécificités des comptes consolidés

  • L’inadaptation des approches fonctionnelles

Les retraitements sont inutiles. Ils entraînent même des risques d’erreurs.

Quand les comptes sont consolidés, les analyses sont spécifiques :

-          Analyse dans une optique d’achat

Ex : Zinzins, fonds d’investissement

-          Analyse dans une optique spéculative

Ex : Trader, hedge fund

-          Analyse dans une optique de placement

Ex : gestion de portefeuille pour les investisseurs en bourse

Plusieurs points sont à prendre en compte :

-          Le droit financier applicable (réglementation boursière et droit des sociétés, contrats …)

-          Les variations du périmètre de consolidation

-          Les prix de cession internes

-          La fiscalité applicable

-          Le taux de change

-          Le secteur d’activité

-          Les évolutions dans le temps

Les réglementations possibles en France : on peut se référer au règlement CRC 99 ou au référentiel IFRS (pour un groupe côté en bourse). Mais les différences sont de moins en moins marquées.

 

  • Le périmètre de consolidation

Il faut inclure certaines sociétés dans la comptabilité :

-          En cas de contrôle exclusif : intégration globale

-          En cas de contrôle conjoint : intégration proportionnelle

-          En cas de contrôle notable : mise en équivalence

Les variations de périmètre : les acquisitions et les cessions doivent apparaître dans l’Annexe.

Il existe des exclusions précises : acquisitions temporaires, activités non-significatives ou marginales.

Il faut tenir compte des entités ad hoc : les sociétés créées pour gérer une opération spécifique. Ex : Special Purpose Vehicle

Plusieurs points comportent des difficultés d’appréciation :

-          Le goodwill

-          Les devises (prise en compte du taux de change clôture/historique/moyen ?)

-          La fiscalité différée

 

Conclusion :

Dépassement des lectures financières classiques du bilan. Analyse de grands groupes mondialisés.

 

Référence :

BACHY, Bruno & SION, Michel : Analyse financière des comptes consolidés, Dunod, 2ème édition,  2009

22:26 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Finance |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.