15/11/2011

Les banques

        Caractéristiques du financement des entreprises

Etude des USA, du Canada, du Japon et de l’Allemagne de 1970 à 2000, Hackethal & Schmidt (2004) :

- l’émission de titres de dettes et d’actions n’est pas la principale source de financement des entreprises

-la finance indirecte est beaucoup plus importante que la finance directe :les banques sont la principale source de fonds externes pour financer les entreprises

-le système financier est fortement réglementé

-l’accès aux marchés financiers est réservé en pratique aux entreprises solidement implantées

-les garanties sont essentielles dans les contrats de dette des ménages et des entreprises

-les contrats de dette sont des documents légaux complexes qui influencent le comportement des emprunteurs

D’où l’importance des institutions bancaires, même dans une économie de marchés financiers.

 

        Economie bancaire

Sur le plan théorique, les banques jouent un rôle essentiel à plusieurs titres, Scialom (2007):

- les institutions financières réduisent les coûts de transaction : elles réduisent le prix de la participation d’un grand nombre d’agents au financement de l’économie.

-elles favorisent les économies d’échelle et elles remplissent une fonction d’expertise. Diamond (1984) montre qu’en finançant des PME et des individus, les banques diversifient leur risque.

-les institutions financières réduisent les asymétries d’information : elles produisent et vendent de l’information sur les sociétés cherchant à se financer (réduction de l’anti sélection) et elles exigent des garanties de la part des emprunteurs (réduction du risque moral).

 

        Les nouveaux débats

De nouveaux débats se sont imposés dans le domaine de l’intermédiation financière :

- les conflits d’intérêt : les banques produisent de l’information sur les sociétés (analyse financière) mais elles sont également chargées de placer des titres (banque d’investissement). Les banques deviennent universelles peuvent favoriser des pratiques commerciales agressives envers les clients ou profiter de l’information qu’elles possèdent sur la comptabilité des entreprises. D’où le développement de réglementations : Sarbannes Oxley (2002).

Conflit d’autant plus élevé que les banques proposent également des services d’assurance.

- les crises financières : caractérisées par de fortes baisses du prix des actifs et par la défaillance de nombreuses sociétés financières et non financières.

Plusieurs facteurs peuvent déclencher une crise, Boyer, Dehove & Plihon (2004) :

- la hausse des taux d’intérêt

- l’incertitude excessive

- l’influence du prix des actifs sur le bilan des entreprises

- le déséquilibre budgétaire de l’Etat

- les défaillances du secteur bancaire, modèle du bank run Diamond & Dybvig (1983)

Q : pourquoi l’activité des banques semble à la fois primordiale et controversée ?

 

 

I] Le rôle des banques

Les banques canalisent les fonds vers les emprunteurs auxquels sont offertes des possibilités d’investissement. La gestion d’une banque repose sur quelques notions :

 

        Le bilan bancaire

C’est l’étude des actifs et des passifs : des ressources et des emplois de l’institution.

Au passif on trouve :

- les dépôts mobilisables par chèques (comptes chèques)

- les dépôts sans moyens de paiement (à terme)

- les emprunts (entre banques ou avec la Banque centrale)

- les capitaux propres (actions ou bénéfices mis en réserve)

A l’actif les banques utilisent :

- des réserves (partie des fonds collectées conservée)

- des effets en recouvrement (créance en attente)

- des dépôts auprès d’autres établissements de crédit

- des titres détenus

- des prêts accordés (rémunérés par des intérêts)

- d’autres actifs (capital physique par exemple)

 

        L’exploitation bancaire

Un établissement bancaire gère ses actifs et ses passifs de façon à dégager le profit maximum.

En principe, une banque vend des dettes et utilise le produit obtenu pour acheter des actifs. On parle de transformation d’actifs : cela repose sur le fait que les établissements offrent des prêts de long terme financés par des dépôts à court terme.

Les banques reçoivent des dépôts (espèce ou chèques) qui augmentent leurs réserves. Inversement quand les dépôts sont retirés, les réserves diminuent.

La gestion d’une banque repose sur quatre missions essentielles :

- s’assurer que les réserves permettent de rembourser les déposants

- s’assurer de disposer de liquidités suffisantes

- acquérir des actifs peu risqués et diversifiés

- choisir un montant de fonds propres adapté

 

        La gestion du risque de crédit et de taux d’intérêt

Les banques et les institutions financières en général accordent des prêts dont elles doivent contrôler le remboursement intégral pour maximiser leur profit.

- Elles sélectionnent les emprunteurs (principe de diversification).

- Elles offrent des prêts spécialisés en fonction des clients, des secteurs, des zones géographiques …

- Elles surveillent l’exécution des contrats et négocient des clauses de protection.

Comme les taux d’intérêts connaissent des variations sensibles, les banques doivent s’assurer que leurs revenus ne sont pas affectés par des modifications de taux.

 

• Les activités hors-bilan

Les cessions de prêts.

Les revenus de commissions pour certaines activités (hypothèques ou lignes de crédit).

Les activités de marché.

 

 

II] Macroéconomie bancaire

Exemple type du problème à éviter : le « too big to fail ». Cela signifie qu’au regard de la taille de l’institution bancaire, les conséquences seraient systémiques pour l’économie.

 

        La régulation bancaire

Le rôle essentiel du système financier sur le reste de l’économie rend nécessaire une régulation prudentielle : càd un ensemble de règles, d’incitations et de pratiques des autorités publiques visant à instaurer et à maintenir la stabilité financière.

La globalisation financière pose la question de la régulation bancaire internationale. Les régulations restent encore nationales. Même si certaines coordinations existent, telle que le comité de Bâle (créé en 1974 au sein du G 10) en lien avec la Banque des Règlements Internationaux.

En raison de nombreuses asymétries d’information, Dewatripont & Tirole (1993), il existe huit grands principes de régulation prudentielle à prendre en compte pour protéger les déposants :

- les assurances dépôt et les fonds de garantie : pour éviter les retraits massifs et les paniques, les déposants sont assurés de se voir rembourser un montant (généralement plafonné).

- la limitation des risques : les banques ne peuvent détenir trop d’actifs risqués (limite les participations dans les entreprises, favorise la diversification …)

- les exigences en fonds propres : Comité de Bâle établit des ratios obligatoires

- la supervision bancaire : une autorité est chargée de vérifier le bon fonctionnement des établissements bancaires (délivrer des agréments, contrôle des informations …)

- le contrôle interne

- la communication financière : respect de normes comptables, publications d’informations …

- la protection des consommateurs : l’offre de prêt aux particuliers est encadrée par la loi.

- les restrictions de concurrence : limiter la liberté d’établissement des banques pour qu’elles ne prennent pas de risques excessifs. Mais aujourd’hui méthode écartée au nom de l’efficacité de la concurrence.

 

        L’industrie bancaire

Les systèmes américains et européens diffèrent sensiblement.

- L’industrie bancaire aux USA

Les Etats Unis comportent un grand nombre d’institutions.

La Banque centrale n’existe que depuis 1913 dans le cadre du système de réserve fédérale.

Les autorités de supervision et de contrôle bancaire sont variées : Fed, autorités fédérées …

Les Etats Unis sont marqués par un fort mouvement d’innovation financière (titres et technos)

Depuis les années 80, phénomène de concentration bancaire (crise et déréglementation)

Pendant longtemps les activités bancaires et financières devaient être séparées, Glass Steagall (1933) réglementation abrogée en 1999, Kroszner (1998)

Internationalisation des banques américaines (dollar et réglementation favorable).

- L’industrie bancaire européenne

Le système bancaire européen est morcelé du fait des souverainetés nationales.

Les banques jouent un rôle prépondérant dans le financement des entreprises.

Certains établissements financiers ont bénéficié de garanties publiques (mais distorsion)

Volonté d’harmoniser la réglementation prudentielle : directives européennes.

La reconnaissance mutuelle favorise l’activité intra-européenne.

La régulation reste nationale même si une coordination existe (mais insuffisante).

L’Union européenne connaît également le phénomène de la concentration bancaire.

 

 

Conclusion :

Selon Olivier PASTRE (1997) les banques sont mal aimées mais indispensables …

 

Références :

BOYER, Robert ; DEHOVE, Mario & PLIHON, Dominique : Les crises financières, La Documentation Française, 2004

DEWATRIPONT, Mathias & TIROLE, Jean : La réglementation prudentielle des Banques, Payot, 1993

DIAMOND, Douglas & DYBVIG, Philip : Bank runs, deposit insurance and liquidity, Journal of Political Economy, 1983

DIAMOND, Douglas : Financial intermediation and delegated monitoring, Review of Economic Studies, 1984

HACKETHAL, Andreas & SCHMIDT, Reinhard : Financing patterns, Goethe Universität, 2004

KROSZNER, Randall : Rethinking bank regulation, Journal of Applied Corporate Finance, 1998

MISHKIN, Frederic : Monnaie, banque et marchés financiers, Pearson, 2007

PASTRE, Olivier : La banque, Milan, 1997

PASTRE, Olivier dir. : La nouvelle économie bancaire, Economica, 2005

SCIALOM, Laurence : Economie bancaire, La Découverte, 2007

21:58 Écrit par Guillaume ARNOULD dans Economie |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.